AUTO # 30 – Le plus grand défi

Actualités de la FIA

En un peu plus de 100 jours, le monde a été complètement transformé. Le 1er décembre 2019, l'Organisation mondiale de la santé a été alertée de la présence d'une maladie mystérieuse en Chine, bien que seule une poignée de personnes soient tombées malades à la suite d'une infection. Quatre mois plus tard et suite à la propagation rapide de la nouvelle flambée de coronavirus, le monde souffre d'une pandémie sans précédent depuis un siècle, avec plus de 1,6 million de cas et plus de 100 000 décès enregistrés dans le monde.
L'escalade de la nouvelle pandémie de coronavirus COVID-19, caractérisée en tant que telle par l'OMS le 12 mars, a eu d'énormes répercussions, non seulement en termes de pertes en vies humaines, mais aussi sur le plan social et économique, car les fermetures et les restrictions de voyage imposent la fermeture des frontières, l'enfermement de vastes pans de la population mondiale, la fermeture d'entreprises et la mise en disponibilité de travailleurs dans le monde.
Aucun aspect de l'activité n'a été épargné par la pandémie, et cela inclut les mondes du sport et de la mobilité. Les compétitions de sport automobile dans le monde ont été reportées ou annulées et les calendriers de presque tous les championnats sportifs sont en cours de révision. Dans le domaine de la mobilité, en attendant, l'interdiction de tous les déplacements, sauf les déplacements essentiels et les fermetures de lieux de travail, a durement frappé les organisations automobiles. En tant que régulateur du sport automobile dans le monde et représentant des membres des clubs de sport automobile et de sport automobile dans 146 pays, la FIA a à son tour été profondément affectée par la pandémie.
Pour le président de la FIA, Jean Todt, la crise représente un défi sans précédent, à l'échelle mondiale et plus près de chez nous.

«La crise que nous traversons est sans précédent et les conséquences se font sentir partout dans le monde», dit-il.

«COVID-19 provoque un bouleversement sans précédent du monde tel que nous le connaissons. Les priorités changeront. Les économies sont au point mort, et donc les havecités. Cette pandémie a ébranlé ces croyances que nous pensions inébranlables. Il ne s'agit pas seulement d'une crise sanitaire, mais aussi financière, sociale, politique et humaine. Ensemble, nous devons affronter et résoudre cet immense défi. »
La FIA a été rapide pour répondre à la crise en évolution rapide et le président Todt souligne le lancement de l'initiative Race Against COVID en partenariat avec les promoteurs et les championnats de sport automobile comme élément clé du soutien offert par la Fédération.

«La force de la FIA réside dans notre incroyable réseau», explique-t-il. «Nous avons 242 clubs membres à travers le monde dans 146 pays. Cela représente une énorme capacité au sein de notre famille de membres du sport automobile et de la mobilité, et nous sommes prêts à exploiter ce pouvoir pour aider à lutter contre cette terrible pandémie.
«Dans le cadre de cette nouvelle initiative, nous mobilisons notre réseau de 150 médecins et 290 hôpitaux agréés par la fédération sur les cinq continents pour coordonner la fourniture de matériel médical d'urgence dans les zones qui en ont le plus besoin.»

Le Président de la FIA a également rendu hommage aux initiatives de soutien déjà en cours dans le réseau des clubs de la FIA.
«La réponse de nos membres a été incroyable et je suis très fier du travail incroyable accompli par les clubs. Chaque jour apporte plus de nouvelles d'efforts pour aider d'une grande variété de façons. Des programmes d'assistance routière gratuits à la fourniture et à la distribution d'EPI, aux efforts des communautés locales pour aider les plus vulnérables de notre société, les clubs membres de la FIA font une réelle différence.

«L'industrie du sport automobile a elle aussi rapidement mis ses compétences au service de la fourniture d'équipements médicaux», ajoute-t-il. «Encore une fois, j'ai été impressionné par la capacité du sport automobile à concevoir, prototyper et développer rapidement des produits, tels que les ventilateurs produits par les équipes de Formule 1 impliquées dans l'initiative Project Pitlane. Ce qui est réalisé grâce au talent d'ingénieur qui existe dans notre industrie est remarquable. »

Au-delà de la crise sanitaire immédiate, la pandémie a un impact sévère sur les domaines plus larges de la vie normale et les effets s'étendent profondément dans l'activité sportive et de mobilité de la FIA. Dans le monde du sport automobile, l'impact de la crise s'est d'abord fait sentir de manière globale avec l'annonce, le 12 février, du report du Grand Prix de F1 de Chine d'avril. Suite à l'annonce de la Chine, les perturbations se sont rapidement propagées, les neuf premières manches du championnat de F1 2020 ayant été annulées ou reportées, le Championnat du Monde des Rallyes FIA s'est arrêté jusqu'en juillet, la saison 6 de la Formule E FIA a été suspendue et les manches finales de la saison 8 FIA World Endurance Championnat repoussé au dernier tiers de l'année.
«Nous espérons pouvoir reprogrammer le plus de courses possible avant la fin de l'année, mais il reste encore trop d'inconnues pour faire des annonces, et la sécurité de nos pilotes, équipes et fans est notre priorité absolue.
«En F1, le World Motor Sport Council a décidé le remplacement de la pause du mois d'août par une pause de printemps, qui est déjà en cours et s'étend désormais sur 35 jours, et le report de la mise en œuvre de la nouvelle réglementation F1 de 2021 à 2022. En Formule E, nous avons également introduit des mesures importantes pour réduire les coûts, principalement le report du lancement de la voiture Gen2 EVO à la saison 2021/22.
«Ce ne sont que deux exemples des mesures que nous prenons dans le sport automobile pour essayer d'atténuer les points de pression et nous en prendrons sans aucun doute plus à mesure que la situation évoluera. À cet égard, le WMSC a accordé une délégation de pouvoir au Président de la FIA pour prendre toute décision relative à l'organisation de compétitions internationales pour la saison 2020, qui pourrait être requise d'urgence. Bien entendu, de telles décisions seront prises en consultation avec le vice-président des sports, le secrétaire général des sports et le président de la commission sportive compétente, si nécessaire. »

LA VOIE À SUIVRE

L’un des calendriers les plus complexes à réorganiser est celui de la Formule 1, qui cette année devait entamer sa plus longue saison de 22 courses. Cependant, malgré les annulations et les reports jusqu'à présent, le président Todt estime qu'un calendrier de F1 important est toujours possible, même si les courses ne commencent pas avant la fin de l'été.

"Une fois que nous savons que nous pouvons commencer, je pense que nous pourrions vraiment voir deux à trois Grands Prix par mois", dit-il. "Si nous commençons en juillet / août et allons en décembre, nous avons de cinq à six mois, multiplié par trois."

Il admet cependant que le sport automobile en général pourrait faire face à un redémarrage difficile en raison des chocs du système économique causés par la pandémie.

"Je ne pense pas que la priorité d’un constructeur soit de garantir la continuité de la course automobile", dit-il. «Je suis sûr que certaines équipes, fournisseurs et fabricants devront peut-être revoir leurs programmes. Ils pourraient être contraints de s'arrêter. J'espère que les propriétaires d'équipe et les sponsors garderont la motivation. Nous devons les encourager à sentir qu'ils l'aiment encore et en ont besoin. À ce sujet, nous avons une responsabilité. C’est pourquoi nous devons écouter tout le monde. Nous devons être humbles; même si nous aimons le sport automobile, ce n'est pas essentiel pour la société. Nous devons donc nous assurer de faire les bons choix et de prendre des décisions judicieuses. «En fait, ce qu'il faut, c'est une refonte complète de notre façon de faire de la course automobile. Nous pourrions parler d’une approche du «New Deal», comme l’a fait l’Amérique après la Grande Dépression ».

Le monde de la mobilité est lui aussi fortement impacté par la crise. Les principaux constructeurs automobiles ont suspendu leur production dans le monde entier, les effectifs de l'industrie automobile ont été mis en congé et l'activité commerciale s'est fortement contractée. Comme leurs homologues des organisations sportives nationales (ASN), les clubs de mobilité de la FIA sont confrontés à des conditions commerciales extrêmement difficiles, comme le reconnaît le président Todt.
«Il est parfaitement clair à quel point la famille FIA ​​a été affectée par ce que le monde traverse en ce moment. Chacun de nos membres est victime, à la fois du fait de l'annulation d'événements et des répercussions sur leurs différentes activités, sources de revenus et revenus, sans tenir compte des complexités liées à la mise en place du télétravail pour ceux dont l'emploi nécessite leur le champ. Nous sommes pleinement conscients des difficultés que vous rencontrez et sommes prêts à vous aider.
«C'est pour cette raison que, après avoir consulté l'équipe de direction et la direction de la FIA, nous avons décidé de reporter la fin de tous les paiements d'abonnement à la FIA jusqu'à fin septembre. Nous comprenons que pour de nombreux clubs membres, les flux de trésorerie sont une préoccupation clé. »
Un certain nombre de mécanismes de soutien ont déjà été mis en place pour aider les clubs pendant la période de jachère et le président de la FIA dit que d'autres sont à venir. «La FIA peut également fournir un service utile, en aidant ses membres à rester en contact et à partager leurs expériences en réponse à la crise à laquelle nous sommes tous confrontés. Je suis heureux de dire que nous avons pu réagir rapidement en lançant l'initiative gratuite Restez à l'écoute, offrant un forum en ligne d'apprentissage et d'échange ouvert à tous les membres de la FIA.
«Ce n'est là qu'une des nombreuses mesures que nous prenons et, dans les semaines et les mois à venir, nous chercherons à soutenir nos clubs membres de plusieurs manières, par le biais de programmes en ligne accrus, de révisions des procédures de demande de subvention et de niveaux plus mentorat. Je souhaite également évoquer le renforcement de notre partenariat avec la Fédération internationale de la Croix-Rouge pour laquelle nos clubs membres sont appelés à jouer un rôle important. »
Le président de la FIA conclut en admettant que l'avenir à moyen et long terme ne sera pas facile, mais il insiste sur le fait que des temps meilleurs doivent suivre.

«Nous vivons une époque sans précédent en termes de nature globale des obstacles auxquels nous sommes confrontés – en tant que nations, villes, communautés, en tant que voisins et en tant que familles. C'est à des moments difficiles comme celui-ci que la force de notre famille à la FIA se révèle et j'espère que nous jouerons tous un rôle pour aider à surmonter ce défi et, à la sortie de la crise, pour créer un un meilleur avenir pour nous tous.

Jean TodtAutoFIA1FIAJean TodtAuto00Lundi 4 mai 2020 – 13h01Lundi 4 mai 2020 – 13h01

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*