Conférence de presse du jeudi – Grand prix canadien 2019 F1

Nouvelles sportives

Lance, c’est à vous et à la course à domicile de l’équipe. Juste décrire ce que ça fait?
Lance STROLL: Eh bien, c’est évidemment un week-end très spécial; c’est bon d’être à la maison. Je ne reviens pas souvent. La semaine qui a précédé la course a été excellente, rattrapant amis et famille. J'ai adoré jouer au hockey avec les Canadiens de Montréal hier. C'était amusant et je suis maintenant de retour aux affaires.

Q: Et je pense que vous avez votre propre tribune ce week-end, est-ce exact?
LS: C’est vrai, oui, en épingle à cheveux, comme l’année dernière, ce sera donc très spécial, mon tour d’installation de demain, tous les drapeaux canadiens dans les tribunes. C’est l’un des meilleurs week-ends du calendrier et le point culminant de ma saison.

Q: Eh bien, espérons que la course de dimanche durera plus longtemps que l'an dernier. Parlez-nous du potentiel de la voiture sur le circuit Gilles Villeneuve. Que pensez-vous pouvoir réaliser?
LS: Eh bien, historiquement, c’était une piste qui convenait à notre voiture. Je veux dire bien sûr que c’est une nouvelle année et que la compétition au milieu est très serrée. Mais je pense qu'il y a une opportunité pour nous ce week-end. C’est un couple d’événements difficiles, en Espagne et à Monaco, qui n’a pas réussi à marquer des points, mais nous cherchons à inverser la tendance ce week-end.

Q: Eh bien, vous avez marqué des points cette année, en Australie et à Bakou. Les qualifications semblent avoir été assez difficiles pour vous jusqu'à présent. Comment se présente la voiture avec de l'essence, est-ce très délicat?
LS: Oui, je pense que parfois nous avons malheureusement raté notre chance. Il y a des raisons pour lesquelles la performance a été médiocre, mais c’est définitivement un point central et nous y travaillerons à l’avenir.

Q: Merci et bonne chance ce week-end. Daniil, votre meilleur résultat à ce jour avec Toro Rosso à Monaco, où vous avez terminé septième. C'est juste de dire que c'était l'une de vos meilleures courses?
Daniil KVYAT: Oui, je veux dire, vous savez comment ça se passe à Monaco – vous commencez et, à partir de là, les positions sont consolidées. C'était bien d'avoir ce genre de chemin, vous savez. Ce fut une très bonne journée pour moi-même, pour l'équipe et pour tout dire, tout le week-end s'est bien passé dans la voiture – bonnes qualifications. Dernièrement, les choses vont de mieux en mieux, alors je suis assez content des choses, de la façon dont elles vont, de la façon dont elles avancent. Espérons que nous allons poursuivre sur cette lancée et l’apporter ici aussi.

Q: Vous dites que ça va mieux. Votre propre performance va-t-elle de mieux en mieux? Voyons-nous le meilleur Kvyat que nous ayons tous vu en Formule 1?
DK: Peut-être, oui. Je souhaitais revenir à la F1 en tant que version améliorée de moi-même et je pense que j’ai réussi à le faire jusqu’à présent et, espérons-le encore une fois, les choses iront de mieux en mieux.

Q: Vous égalez un record ce week-end: avec votre ancien coéquipier Jean-Eric Vergne, vous entamez votre 58e course pour Toro Rosso, ce qui est un record, et vous n’avez que 25 ans. Comment vous sentez-vous? Comment l'équipe a-t-elle évolué à cette époque?
DK: Tu me fait sentir très vieux maintenant. Oui, je suis heureux de savoir où l’équipe va être honnête. J’ai vu beaucoup de choses à Toro Rosso et maintenant je pense que je suis content de l’équipe autour de moi et que je suis assez heureux là-bas. Les gars font un très bon travail cette année, je pense qu’il a amélioré de nombreuses choses qui, dans le passé, ont peut-être retardé cette équipe, et je suis heureux de contribuer à l’aider à améliorer ces choses.

Q: De bonnes choses et bonne chance ce week-end. Lando, ta première fois ici à Montréal. Qu'attendez-vous de cette piste de course? Les murs sont assez proches.
Lando NORRIS: C’est difficile à dire. J’ai évidemment fait ma part du travail et de la préparation des sims, et vu à bord, peu importe, ce qu’il est d’habitude. C’est un nouveau week-end. Monaco ne s’est pas si bien passé pour moi, mais c’est excitant. De ce que j’ai vu dans le passé, c’est une piste amusante, une piste amusante à conduire, même si c’est assez difficile. Je cherche seulement à m'amuser et à espérer courir un peu le dimanche et je suppose que notre objectif pour tout le week-end est d’entrer dans les détails, disons que c’est de passer au Q3 et de terminer aux points. Mais le milieu de terrain est très serré, comme l’a dit Lance, et ce sera difficile. Nous devons simplement nous assurer d’être à l’avant-plan et, oui, nous devons faire de notre mieux.

Q: La bataille au sein de l’équipe entre toi et Carlos s’avère assez serrée cette année, avec seulement six points entre vous? Comment se passe la relation de travail entre vous?
LN: Ca se passe plutôt bien, en fait. J'ai des coéquipiers dans d'autres catégories bien sûr, mais c'est toujours différent quand on arrive en Formule 1, beaucoup de gens… Les gens essaient de faire beaucoup plus de bataille acharnée entre coéquipiers, beaucoup de médias et tout le reste regarde dans ce genre de choses. Mais nous nous amusons beaucoup et oui, nous sommes des amis à l’écart de la piste. Nous nous sommes beaucoup amusés jusqu’à présent cette saison. Il n'y a pas eu de conflit. Jusqu’à présent, il n’ya eu aucun point où nous avons eu différentes décisions ou opinions différentes sur différentes choses; nous avons assez bien gélifié. Et pour l’équipe de toute façon, c’est très positif. Nous avons des commentaires similaires. Nous avons des sentiments différents et nous préférons différentes choses sur la voiture, mais nous travaillons ensemble, ce qui aide également l’équipe à s’améliorer, à aller dans la même direction et c’est une chose positive. En ce qui concerne l’avenir, j’essaie d’améliorer la voiture et de devenir une meilleure équipe. C’est très amusant et je suis sûr que cela va s’améliorer et aider les choses à aller de l’avant.

Q: Vous dites que vous cherchez à améliorer la voiture. Parlez-nous un peu de la voiture, car il semble qu'elle a tendance à fluctuer un peu d'une piste à l'autre. Est-ce une évaluation juste?
LN: Oui, je pense que si tu regardes en arrière…. Je ne sais pas, celui qui a été le plus remarquable était la Chine et ce n’était tout simplement pas un bon week-end pour nous, comme un thé. Mais nous avons assez bien rebondi et mis à part cela, nous avons été assez forts – disons les 10 meilleurs candidats. Je pense que juste parce que le milieu de terrain est proche, il y a quatre équipes, cinq équipes et différentes équipes sont meilleures dans différents domaines et sur différentes pistes et il est difficile de faire ces différences parfois plus que d’autres. À l’approche de ce week-end, c’est l’un des moments où nous pourrions être très forts ou ne pas être forts, mais nous ne le savons jamais vraiment, même si nous avons des hypothèses sur le point de savoir si la voiture est bonne ou mauvaise. D'autres équipes aussi. C’est toujours une piste différente quand vous sortez et conduisez. C'est en train d'arriver. Les choses s’améliorent lentement, mais ce n’est pas encore ce que nous voulons.

Q: Merci Lando et amusez-vous ce week-end. Kimi, nous avons entendu parler de la performance de la McLaren, parlez-nous un peu de l’Alfa Romeo. La saison a très bien commencé pour vous mais elle semble avoir chuté lors des deux dernières courses. Pourquoi pensez-vous que c'est?
Kimi RÄIKKÖNEN: Honnêtement, nous n'étions pas si rapides. Je pense que ce n’est certainement pas ce que nous voulions, mais à Monaco, si vous vous qualifiez assez mal, c’est à peu près là où vous allez courir. Après samedi, après les premiers tours et le premier arrêt au stand, vous savez où vous allez être. Mais à Barcelone, je pense que nous avons compris certaines choses qui n'allaient pas. Ce sont deux choses distinctes mais je pense que ces circuits dans l’ensemble n’étaient pas très bons pour nous. Espérons que nous sommes de retour ici dans une position un peu plus normale, mais nous ne le saurons que ce week-end, alors nous verrons. Rien de grave, c’est juste que nous manquons de vitesse.

Q: C’est le premier week-end de Lando ici. Ca n’a pas été si mal pour toi en 2001, ta première fois ici, tu as terminé quatrième. Parlez-nous un peu de la piste, des points forts du point de vue du conducteur?
KR: C’est une piste assez difficile à la fin, parce que bien sûr… Ce n’est pas vraiment un circuit urbain mais très étroit à la sortie des chicanes, donc si vous vous trompez, vous devez passer par-dessus les bordures et si votre voiture n’est pas très bien sur les bordures, il est facile de toucher les murs. De plus, il y a beaucoup de freins (sic) qui doivent être corrects. Il n’ya pas beaucoup de virages, mais ce n’est pas l’endroit le plus facile à comprendre.

Q: Merci Kimi. Lewis, eh bien, quatrième pour Kimi lors de sa première sortie ici en 2001, et bien sûr vous avez remporté votre tout premier Grand Prix ici en 2007. Pouvez-vous nous dire ce que c'est que de revenir à Montréal, une piste sur laquelle vous avez déjà joué tant de succès et ce que vous attendez avec impatience ce week-end?
Lewis Hamilton: [To Lando Norris] Je me demande juste, quel âge avez-vous?
LN: Dix-neuf.
LH: Shoot … Non, j'adore revenir à Montréal. Il fait souvent très beau ici. Le circuit est fantastique et c’est une piste que tout le monde apprécie. Il est définitivement dans le top trois des circuits favoris de l’année. Et je pense que la ville est une grande partie de cela. La ville est très dynamique. Les gens sont super accueillants, bonne bouffe. Même à peine aujourd’hui, vous voyez que tout le pont est couvert d’admirateurs, alors vous savez déjà que vous avez une participation massive pour cette course. Du point de vue du conducteur, la piste est géniale. C'est un peu kart-esque, avec de très longues lignes droites, donc vous pouvez doubler, et vous jetez la voiture sur ces énormes trottoirs autour de la piste et il n'y a pas de zones de ruissellement massives, donc c'est un peu un circuit urbain à grande vitesse, ce qui est génial.

Q: Pourquoi pensez-vous que vous excellez ici?
LH: Eh bien, je ne pense pas que j’ai vraiment excellé pendant un bon bout de temps ici, si je suis vraiment honnête. Quand j'étais chez McLaren, cela fonctionnait plutôt bien. Je pense que notre voiture était assez agile à l’époque et fonctionnait très bien ici. Je ne pense pas avoir eu un succès massif, autant que je puisse me souvenir de ces dernières années. Mais c’était un peu plus difficile à l’ère hybride, d’autant plus que nous avions une voiture plus longue depuis 2017, alors il est un peu plus difficile de tourner dans certains de ces virages. Mais notre voiture est bien meilleure cette année dans les virages plus lents et moyennement rapides, donc je prévois que cette année nous serons plus forts que nous ne l’avons été dans le passé. Mais étant donné que nous avons ces longues lignes droites, vous savez maintenant que les Red Bulls et les Ferrari seront particulièrement fortes ce week-end et je suis excité pour ce combat.

Q: Pouvez-vous nous expliquer comment vous envisagez l'équilibre des forces dans ce week-end? Êtes-vous plus nerveux à propos de ce week-end que les six précédents de cette année?
LH: Non, je ne dirais pas que j’étais plus nerveux à propos de ce week-end. Vous remarquez à Monaco que tout le monde se rapproche beaucoup, ou que les meilleures équipes en particulier le sont beaucoup, mais généralement tout le monde est plus emballé. Beaucoup de ces autres équipes ont eu d'excellents packages et se rapprochent de plus en plus au cours de l'année, ce qui est agréable à voir. Ici, il n’ya pas beaucoup de virages et c’est beaucoup de vitesse en ligne droite. Honda a vraiment pris le rythme avec son moteur cette année. Les Red Bull devraient donc être très forts et excellents dans les virages. La Ferrari est généralement la voiture la plus rapide en ligne droite, toute l'année. Les courses précédentes nous ont permis de les rattraper dans les virages, mais que ce soit le cas ou non ce week-end, le temps nous le dira. Mais j'espère qu'il y a une bataille serrée entre nous tous.

QUESTIONS DU SOL

Q: (Scott Mitchell – Autosport) Lewis, quand nous étions à Monaco, vous avez dit vous attendre à avoir un moteur amélioré ici. L’équipe a confirmé cela. Étant donné que vous avez eu six courses, l’équipe a remporté chaque course malgré le fait que le niveau de ses concurrents n’ait pas été amélioré. Combien de pas comptez-vous faire ce week-end? Et avec les améliorations apportées à la voiture, l’améliorant aux vitesses moyenne et basse cette année, estimez-vous que l’équipe est dans sa position la plus solide au classement général depuis que vous êtes avec Mercedes?
LH: Du côté des moteurs, les gars de Brixworth ont travaillé d'arrache-pied. Ce n’est pas le début d’année le plus facile en termes de préparation d’un moteur. Bien qu’il s’agisse d’une évolution des années précédentes, chaque fois que vous essayez de repousser les limites, beaucoup de personnes travaillent très fort pour l’améliorer. Comme je l’ai dit, la conduite n’a pas été la plus douce, mais le premier moteur a été extrêmement fiable. C’est toujours bien quand on a un nouveau moteur, c’est qu’il est frais. C’est un circuit électrique, donc c’est le moment idéal. Si vous regardez les années précédentes, c'est la course à laquelle nous apportons toujours notre deuxième moteur. C’est la phase II et il y aura donc de tout nouveaux mods. De légères améliorations partout: ce n’est pas une avancée massive… ce n’est pas comme au début de l’ère hybride où vous avez progressé à grands pas – ni même l’année dernière. C’est juste de petites étapes. La plus grande différence est qu’il est tout neuf; Frais. L’ancien moteur qui a fait six courses va se dégrader, etc. Mais les gars ont travaillé si dur, c’est maintenant un petit pourcentage, mais ils sont très appréciés.

Q: (Andrea Cremonese – La Gazzetta dello Sport) Une question pour Lewis. Vous venez de deux périodes de vie difficiles, pas à propos de vous mais nous avons l'enterrement de Niki et puis il y a eu la mort jeudi du pauvre enfant, Harry [Shaw]. Je sais que ce pauvre gars vous a inspiré en Espagne. Je voudrais savoir si ces deux choses peuvent vous stimuler davantage lors de ce grand prix pour honorer la mémoire de Niki et la mémoire du jeune homme? Je vous remercie.
LH: Je ne sais pas si ça stimule plus. C’est simplement que, tout au long de la vie, lorsque vous voyez des choses se produire ou que vous rencontrez certaines choses, vous vous développez naturellement. Je pense que, naturellement, nous continuons à nous battre avec Niki dans nos cœurs et que cela ne va pas s’arrêter. Nous voulons toujours continuer à le rendre fier. Bien sûr, dévastant à… je ne peux pas comprendre comment… la vie est si précieuse et comment un si jeune… comment les jeunes peuvent perdre la vie si tôt. C’est juste au-delà de moi. Mais j'ai les meilleurs souvenirs avec le petit Harry. Dieu a un autre ange. Ce week-end, nous devons tous rester positifs. Beaucoup de gens comptent sur moi pour continuer à faire le travail. Il est donc étrange que le monde continue à avancer. Le monde continue juste. Ce qui est vraiment important pour chacun d’entre nous. Nous avons tous notre propre vie et nous ne savons pas quelle sera leur durée. Vous devez juste maximiser chaque opportunité. Chaque jour que j’ai, j’essaie de grandir, d’essayer d’être le meilleur possible, de faire ce que j’aime, quelles que soient les opinions des gens, et de vivre au maximum de la vie.

Q: (Walter Buchignani – Montreal Gazette) J’ai une question très locale pour ceux d’entre vous qui sont déjà venus ici. Pouvons-nous avoir vos impressions sur les nouvelles installations s'il vous plaît?
DK: Ils ont renouvelé le paddock cette année. Je pense que ça a l'air plus large mais ça a l'air bien je suppose. Je ne sais pas. Pour moi, le plus important est la piste. La pièce est là où je peux m'asseoir et c’est tout, c’est tout ce qui compte. La piste est bien. Certaines autres choses sont restés vieux. C’est bien, accueillez toujours les rénovations.

LH: C'est magnifique. Je n’en ai pas vraiment vu beaucoup – de toute évidence, nous y sommes maintenant. C’est seulement les treize années que j’ai passées ici pour les organiser, c’est l’une des courses les plus fréquentées. Je suis surpris qu’ils ne l’aient pas fait plus tôt, mais c’est génial. Cela signifie qu’ils ont fait un réel investissement, cela signifie que cette piste sera là pour longtemps, comme il se doit. Ils travaillent toujours sur la route à l’extérieur. Ce pont! Je jure qu’ils y travaillent depuis que j’ai commencé la Formule 1! Je ne sais pas si tout va se faire. Ils devraient peut-être embaucher les mêmes personnes qui ont construit ce bâtiment, car ils ont fait du bon travail.

LS: C’est beau. C’est génial pour la ville, génial pour le grand prix. J’espère que cela perdurera car nous pensons tous que c’est un bon endroit pour faire la course. C’est génial de conduire ici et il ya aussi de belles courses. Vraiment plaire à Montréal. Laissez-nous en profiter.

KR: Je n’ai pas été dans les box ou dans un garage, c’est difficile à dire. Ce que j’ai entendu, c’est que c’est mieux pour les gars de travailler, alors je pense qu’ils apprécieront beaucoup. Je pense que vous obtiendrez la réponse très honnête de leur part si vous leur demandez comment cela s'est passé après le week-end. Je suis sûr que c’est mieux pour eux de travailler et pour tout le monde ici, alors c’est une bonne chose.

Q: (Luis Vasconcelos – Formula Press) Question pour Kimi et Dany. Kimi, le tiers de la saison est presque terminé. Comment se fait-il que nous soyons de retour au milieu de terrain après 16 saisons de combats au front. Et Daniil, vous êtes revenu à l’origine des équipes. Vous venez de mentionner à quel point l'équipe a changé et s'est améliorée. À quel point êtes-vous différent de la première fois que vous avez conduit pour eux, maintenant que vous avez l'expérience?
DK: Oui, je pense, comme je l'ai déjà dit auparavant, que l'équipe avance dans la bonne direction. Je pense qu’en hiver, il existait un plan visant à améliorer certains domaines qui n’étaient pas fantastiques par le passé. Il est important de voir que la situation s’améliore. En outre, notre voiture affiche des performances constantes sur la plupart des types de piste. Moi aussi. Je voulais travailler sur certaines choses pour mon retour en Formule Un. Il y a eu beaucoup de bon travail dans les coulisses et cela porte ses fruits, ce que je suis ravi de voir. J'espère que ça va continuer comme ça. En tant qu’équipe, nous ne devrions jamais nous arrêter et je suis également heureux de l’équipe autour de moi. Nous ne devrions jamais cesser de nous développer et viser simplement à aller dans la même direction, pour moi et pour l'équipe.

KR: Je pense que le travail lui-même n'est pas différent. Fondamentalement, faites la même chose, peu importe l’équipe dans laquelle vous vous trouvez. Les courses, je pense qu’il ya eu de bonnes batailles. Si c’est comme à Monaco, même à l’avant, si vous êtes coincé derrière quelqu'un, ce n’est pas le meilleur endroit pour courir mais il ya eu de bonnes batailles ici et là. Je ne dirais pas que beaucoup de choses ont changé. Je pense que vous aurez plus de batailles serrées dans plusieurs courses parce que les équipes de milieu de terrain sont plus proches les unes des autres. Au moins, il y a eu des dépassements cette année – mais en général, le côté travail n’a pas changé. C’est un peu moins occupé, c’est donc une bonne chose.

Q: (Philippe Lague – 98.5FM Montreal) J'ai une question pour Lewis. Nous avons parlé de Niki Lauda et c’était une perte, mais j’aimerais ici avoir votre contribution personnelle à notre public local. J'ai lu quelque part qu'il a fait de vous un meilleur conducteur. Pouvez-vous élaborer sur cela s'il vous plaît?)
LH: Niki ne m'a jamais parlé de la conduite. En tant que pilotes, nous ne le faisons pas nécessairement. Il m'a engagé pour faire un travail. Il ne m’a pas engagé pour me dire ensuite comment faire le travail. Il était juste, pour moi, une partie énorme de mon voyage. Évidemment, je n'aurais pas rejoint cette équipe s'il n'y avait pas eu Niki. Et puis, en cours de route, il a juste compris comment il était un coureur et son approche et comment il a poussé les gens autour de lui à aider à extraire davantage de l’équipe. J'ai certainement appris ce genre de chose de lui. Je pouvais le voir tout le temps, alors j’ai définitivement intégré cela dans ma façon de manœuvrer tout au long de mon année. Pour ce qui est de la conduite, c’est vraiment des essais et des erreurs, mais comme je l’ai dit, je n’aurais pas eu la plateforme pour me développer en tant que pilote; Je n’aurais pas la plate-forme que j’ai actuellement sans Niki.

Q: (Stu Cowan – Montreal Gazette) Question pour Lance. Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans cette piste et quelle est la partie la plus difficile et / ou amusante pour un pilote?
LS: Je pense juste à la technicité en général. Il a beaucoup de caractère. Lewis en a parlé plus tôt. Vous roulez sur les trottoirs, il n’ya pas beaucoup de marge d’erreur. De longues lignes droites qui permettent de bien dépasser, il y a donc un peu de tout. Pour un pilote de course, le week-end est en général très excitant. C’est très amusant de rouler sur un tour. Vous devez être très engagé et utiliser toutes les pistes de course. Dimanche, c’est une vraie course, et c’est également un plaisir pour les fans.

Q: (Oliver Brown – The Telegraph) Question pour Lewis. Le programme que vous avez fait avec David Letterman. Il y avait une section intéressante où votre père faisait référence à la rupture de la direction en 2010, et il a dit que cela lui brisait le cœur. Je me demandais simplement si vous pouviez réfléchir à la difficulté de cette période et à combien cela vous fait apprécier davantage la relation que vous entretenez avec lui maintenant.
LH: Il n’ya rien dont on n’ait jamais vraiment parlé auparavant. La relation est fantastique maintenant et malheureusement, elle n’a pas toujours été excellente, mais cela se produit au sein des familles. Ce qui est bien, c’est que… en fait, cette année, j’ai passé le premier Noël avec toute ma famille cette année. Avec ma mère et ma belle-mère et mon père et soeurs ensemble et mon frère ensemble. C’était donc le premier Noël unifié que j’ai eu au fil des ans. Il y a donc eu une croissance massive dans la famille et entre mon père et moi, nous sommes allés faire la fête pour son anniversaire l'autre jour jusqu'aux petites heures du matin à Londres, ce qui était génial. Parfois, il faut simplement du temps pour que les gens se construisent et grandissent en eux-mêmes pour pouvoir ensuite reprendre leurs relations. Mais bien sûr, en vieillissant, vous réalisez à quel point le temps est précieux. J’ai des amis qui n’ont plus leurs pères et certains qui n’ont pas parlé à leurs pères depuis 25 à 30 ans. Je ne veux jamais que cela soit heureux. Mon père est quelqu'un qui, à mon avis, est le plus grand des hommes que je connaisse et que j'aspire à ressembler beaucoup et, à coup sûr, il souhaite qu'il soit là pendant longtemps. C’est pourquoi je le pousse à la gym pour rester en forme. La santé est tout.

Q: (Dieter Rencken – Racing Lines, Racefans.net) Lewis, tu as dit que c'était l'une des trois meilleures pistes à ton avis. Quels sont les deux autres?
LH: Silverstone et Austin, ce sont mes… pourquoi? Littéralement parce que… regardez, nous avons Monaco, qui est spectaculaire. J'y vis, j'adore ça, mais vous savez tous comment se déroule la course de la veille. Ce n’est pas une course qui… Personnellement, je n’aime pas conduire la course parce que vous pouvez élargir votre voiture aussi longtemps que vous le souhaitez, vous ne pouvez pas vraiment vous divertir. Vous ne rendez pas les passes, par exemple. Austin, vous pouvez doubler, c’est un tout nouveau circuit, mais il a beaucoup de caractère, vous pouvez le suivre. Même chose ici, c’est une piste de course où vous pouvez vous en approcher. C’est un circuit de rue sur cette incroyable petite île de cette grande ville et c’est tout à fait unique à sa manière. Il s’agit d’un freinage à très haute vitesse, de grands arrêts et de grandes courbes. Et puis le Grand Prix de Silverstone, cette piste a une histoire à foison, la disposition est incroyable. C’est une vitesse élevée et une vitesse moyenne, c’est le test ultime… probablement, parmi toutes les pistes, le test ultime de l’appui de la voiture et vous avez certaines des sections les plus cool: Copse, Maggotts, Becketts, Stowe. Ces secteurs, cette combinaison n’est pas… Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de circuits dans le monde qui offrent une meilleure combinaison de coins dans mon opinion personnelle. Mais là aussi, vous pouvez, étant donné que c’est assez large, vous pouvez naturellement suivre et il ya de très bonnes courses là-bas, c’est la raison pour laquelle c’est mon préféré.

Q: (Phil Duncan – Press Association) À propos de cette interview avec Letterman, Lewis, vous avez parlé de la gestion des problèmes mentaux et de l'instabilité. Est-ce que c'est quelque chose avec lequel vous ne vous débattez pas, mais que vous affrontez au cours de votre carrière actuelle, et est-il plus facile de gérer cet aspect de votre carrière maintenant que par le passé peut-être?
LH: Oui, c’est nettement mieux quand tu es… Je pense que plus on vieillit, plus on comprend le monde, soi-même et sa santé. Je pense qu’un peu un pas pour moi c’est quand j’ai décidé d’adopter un régime alimentaire à base de plantes, cela a vraiment changé énormément pour moi et l’impact positif que cela a eu, mentalement et physiquement, signifie que j’aimerais seulement le faire beaucoup plus tôt. Malheureusement, l’éducation (à ce sujet) est assez faible, donc pour les enfants scolarisés et, bien entendu, les parents n’éduquent probablement pas leurs enfants, car ils ne connaissent pas non plus les effets positifs que cela peut avoir. Tous les jours ne sont pas faciles, vous rencontrez toujours des obstacles, mais chaque année, je reçois de nouveaux outils pour pouvoir les gérer et apprendre de nouvelles choses tout le temps, donc (je suis) définitivement dans le meilleur endroit où je puisse ' Nous l'avons toujours été, mais vous avez vraiment constaté ce changement au cours des dernières années et je ne pense pas que cela cessera jamais, je pense que cela continue à apprendre, à progresser et à s'améliorer.

Q: (Bob Fouaur – Le correspondant) J'ai une question pour Lewis et Lance. La révision des règles est en cours d’examen et nous disposons actuellement d’un écart assez important entre les trois premiers et le milieu de terrain. Je me demande ce que vous pensez, en tant que conducteurs, que devraient être les règles?
LH: Règlements ou règles? Laquelle? Règlements. À mon avis, si vous examinez les 12 dernières années et au-delà, elles modifient et modifient constamment les réglementations en matière de voiture, tentent d’améliorer les coûts, tentent d’améliorer les dépassements et je pense que, d’une manière générale, les décisions prises n’ont pas été bonnes. années. Vous avez maintenant la liberté qui prend le dessus et vous avez toujours les mêmes problèmes, les gens ne sont pas si excités, vous avez toujours cette séparation entre toutes les équipes les plus riches et les équipes de niveau inférieur. Je pense qu’il ne suffit pas de modifier la réglementation de la voiture. C’est toujours un problème fondamental, mais il ya aussi l’aspect divertissement. Si vous regardez, chaque week-end est identique à quatre jours pendant 21 week-ends par an et ce format n’a jamais changé. Je pense donc que l’aspect divertissement doit probablement être modifié pour s’adapter à des titres différents. Tu as Monaco sur lequel tu ne peux pas doubler – peut-être que tu as deux courses là-bas, je ne sais pas ce que c'est mais je n'ai pas de réponse pour ça, mais je pense que cet élément doit aussi avoir un vrai look parce que les fans sont la raison pour laquelle nous continuons à pouvoir faire ce que nous faisons et je constate que, même s'il y a beaucoup de monde ici, il y a des courses où il n'y a pas beaucoup de spectateurs, la promotion n'est peut-être pas toujours la meilleure dans certains des endroits. Les gens continuent de dire que c’est ennuyeux, car il ya encore une période où Ferrari gagne pendant un certain temps, McLaren gagne pendant un certain temps, Mercedes, Red Bull. Comment vous arrêtez cela, cela fait certainement partie de la réglementation, mais je pense qu'à une échelle plus globale, je pense qu'il faut que d'autres changements soient apportés, même en dehors de la réglementation, à mon avis. Je pense que Ross et cette équipe y pensent, espérons-le, pour 2021 mais finalement… si j'avais le choix, je reviendrais aux V12, moteurs à aspiration naturelle, j'aurais des boîtes de vitesses manuelles, ce qui rendrait les choses plus difficiles pour les pilotes. , emportez toutes ces grandes zones de ruissellement que vous avez partout, ne devriez pas avoir d’aide au pilotage ou même si vous en avez, vous devez le faire très bas. J'aime le fait qu'il soit bas, donc c'est plus difficile pour moi. Vous devriez être épuisé physiquement après la course, au point… comme un marathon. Parfois, vous faites ces courses et vous pouvez vous lever et… je pourrais faire une course… je pourrais probablement faire deux ou trois courses d'affilée et la Formule Un ne devrait pas être comme ça. C'est aussi un sport d'hommes, vous savez, et beaucoup de jeunes arrivent et c'est assez facile pour eux d'entrer dans le vif du sujet, mais je pense que ce devrait être le défi le plus physique et probablement la raison pour laquelle beaucoup de conducteurs peuvent y aller pendant une longue période est parce que nous pouvons le gérer. Il y a un tas de choses différentes que j'ai.
LS: Je pense que l'essentiel est de commencer par la course. Il ya beaucoup d’autres facteurs qui pourraient contribuer à changer, mais je pense qu’une course plus étroite, des plafonds budgétaires pour rendre le terrain plus égalitaire seraient beaucoup plus excitants. Vous regardez la LNH, la NFL, la NBA, les équipes sont si proches. N'importe quel dimanche de la NFL, n'importe quelle équipe peut gagner. C’est parce qu’elle est correctement bouclée, gérée correctement et que cela permet des compétitions excitantes. Ce serait bien de voir la même chose en Formule 1: au lieu d’une seconde et demi, deux secondes entre les deux équipes, le temps est réduit à dixièmes. Je pense que cela pimenterait vraiment les choses et ensuite, bien sûr, des courses plus rapprochées, des changements de réglementation pour nous permettre de courir de roue en roue, ce qui, je le sais, est vraiment un point central, donc vraiment tout cela.
LH: Nous avons besoin de meilleurs pneus. Nous avons besoin de meilleurs pneus.

Q: (Yhacbec Lopez – Motorlat) Lance, cette année, tu as eu du mal à te qualifier. C’est pour une raison particulière avec la voiture ou les réglages ou quel est le problème au juste?
LS: Je pense qu’il ya toujours une raison. Je pense que nous avons été malheureux à quelques reprises: la circulation ici et là, il ya toujours des choses, mais lors des dernières courses, la voiture n’a pas été très compétitive, ce qui est vraiment la raison principale. Pour bien se qualifier, il faut une voiture rapide et le milieu de terrain étant si serré, nous voyons piste pour suivre les forces et les faiblesses de différentes équipes sur différents types de pistes. Les deux derniers événements n’ont pas été à la hauteur de notre voiture et puis oui, il ya définitivement des choses de mon côté sur lesquelles j’ai vraiment besoin de travailler, de maitriser la voiture. C’est une nouvelle voiture, un nouvel environnement pour moi et je dois travailler sur mes faiblesses et miser sur mes points forts. Sur un plan positif, le rythme de la course a été très bon. Nous avons réussi à marquer des points dans quelques événements, mais nous voulons absolument être constamment plus souvent dans les points et nous battre à l’avant, c’est le but.

Q: (Maxime Sarasin – 98.5 FM) Lewis, nous parlions de modifications possibles des règles. Pensez-vous personnellement que les conducteurs devraient avoir une voix plus forte dans tous ces changements, pour l'avenir? Et quel est l'héritage que vous voulez vraiment laisser en tant que conducteur, personnellement?
LH: Tous les pilotes sont unis pour la première fois. Nous faisons tous partie de la GPDA, nous sommes donc tous unis, nous travaillons tous ensemble, nous communiquons tous. Malheureusement, les règlements techniques sont élaborés par les détenteurs du pouvoir, avec de l'argent, et nous avons généralement un peu notre mot à dire, le cas échéant, sur les changements à venir. En fin de compte, nous savons ce qu’est la course, quels sont les défis, et nous sommes donc très disposés à en faire partie et à apporter nos idées, car nous avons tous naturellement des idées et nous savons tous où se trouvent les limites. Un des gars qui travaille avec nous, Alex Wurz, par exemple, un ex-pilote, il le sait et le comprend aussi – parce que c’est assez semblable à celui qu’il avait quand il était en course. Nous voulons donc participer à la conversation, car nous pouvons finalement aider pour l'avenir. En outre, nous plaidons en faveur des jeunes conducteurs, ce que nous changeons dans les règles pour les conducteurs, de manière à ce que les plus jeunes conducteurs en tirent profit.
En ce qui concerne mon héritage, c’est difficile à dire, vraiment. Je pense qu'il y a tellement d'éléments sur lesquels il faut travailler. En fin de compte, je veux trouver quelque chose de plus… aider à ouvrir la voie à certains pilotes plus jeunes, par exemple, qui ont des antécédents similaires. Cela signifie s’impliquer dans le karting dès les premières phases de la course automobile. C’est tellement cher maintenant de courir des karts. Je pense que quand j'ai commencé, je pense que mon père et moi avions dépensé 20 000 £ la première année, ce qui représentait une énorme somme d'argent de la part de laquelle nous venons d'un conseil municipal du Royaume-Uni. Mais aujourd’hui, faire une saison professionnelle de karting, c’est des centaines de milliers de dollars, comme deux ou trois cent mille dollars ou quelque chose d’être professionnel. C’est beaucoup d’argent à dépenser en un an. I want to be a part of somehow shifting that, also helping shift the diversity a little bit because there really is the most minimal diversity within this sport and I really somehow want to be a part of shape-shifting that with Formula One, working in co-operation with Formula One and the FIA. I don’t know why there’s not enough university students, engineers, mechanics and even within the media, coming through from more diverse backgrounds. I don’t know that’s always been the way it is today but I see a real opportunity there to be a part of shape-shifting that. So that’s ultimately, in 20 years time, I want to look back or if I ever hear someone whispering they would say that I was a part of shifting that.

FIA Formula One World Championship

Canadian Grand PrixSEASON 2019SportCircuit1SportFIA Formula One World ChampionshipCircuitSEASON 2019Canadian Grand Prix00Thursday, June 6, 2019 – 9:27pmThursday, June 6, 2019 – 9:27pm

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*