ERC – Conférence de presse pré-événement ERC Rally Fafe Montelongo 2020

Nouvelles sportives

En attendant:
Pedro Almeida, l’usine de course
Craig Breen, équipe MRF Pneus
Dominik Dinkel, Brose Motorsport
Efrén Llarena, Rallye Team Espagne
Zelindo Melegari, Cours de technologie CHAZEL
Ekaterina Stratieva, équipe junior de Saintéloc

Q:
En commençant par Pedro Almeida, vivant à proximité des étapes, que savez-vous du rallye?

PENNSYLVANIE:
En fait aucun. Je ne connais pas les étapes jusqu’à présent donc c’est nouveau pour moi aussi. J’habite à 30 ou 40 kilomètres d’ici et ce ne sont pas les routes que j’utilise normalement donc elles sont également nouvelles pour moi.

Q:
Vous avez vécu des moments difficiles avec votre voiture à Rome, mais qu’avez-vous appris depuis?

PENNSYLVANIE:
J’ai fait plus de rallyes, j’ai acquis plus d’expérience. A Rome, j’ai eu de la malchance avec des problèmes de voiture le premier jour et je ne pouvais pas être à pleine puissance le deuxième jour et ce n’était pas si bon. Pour ce rallye, j’espère avoir plus de chance et pouvoir montrer ce que je peux faire et le rythme que je peux mettre sur le rallye.

Q:
Qu’est-ce qui vous tient occupé lorsque vous ne conduisez pas de voitures de rallye?

PENNSYLVANIE:
Je suis pilote d’avion et instructeur de combat dans une école de Porto. Chaque jour, je pilote des avions et j’enseigne aux futurs pilotes comment piloter des avions, c’est mon quotidien.

Q:
En ce qui concerne Craig Breen, la semaine a été chargée d’annonces, mais maintenant, l’accent est mis sur l’ERC. À quel point vous êtes satisfait de votre situation actuelle dans le monde?

CB:
Je dois parfois vérifier où je suis dans le monde, car il y a quelques semaines très chargées devant moi, mais c’est agréable d’être beaucoup dans la voiture ces prochaines semaines. Il est difficile de remonter dans la voiture R5 et sur le tarmac à nouveau, beaucoup de choses à régler mais ça a été bien. J’ai fait un bon test cette semaine, des conditions difficiles dans le shakedown aujourd’hui et j’ai hâte de participer au rallye maintenant.

Q:
Nous vivons beaucoup de temps imprévisibles, mais quels sont vos objectifs pour le rallye?

CB:
Comme tous les autres rallyes que nous avons fait cette année avec le programme, c’est d’essayer de développer de plus en plus le pneu MRF. C’est dans une étape junior pour le moment et nous n’avons pas fait autant de course dans des conditions humides et changeantes jusqu’à présent et je suppose que nous apprendrons beaucoup de nouvelles choses ce week-end. Pour être honnête avec vous, comme je l’ai toujours dit, la concurrence est une chose à part. C’est agréable de voir où nous en sommes mais nous devons rester concentrés sur le développement.

Q:
Vous avez utilisé deux voitures différentes lors du test plus tôt dans la semaine. Quel était le but de cela?

CB:
Fondamentalement, le test était davantage un test de développement de pneus, nous avons donc fait 80% de la course dans la voiture d’essai pour sauver la voiture d’entrée pour le rallye. Mercredi, lorsque nous avons terminé la partie développement des pneus de la journée de test, nous sommes passés à la voiture d’entrée et avons affiné la configuration. Pour être honnête avec vous, depuis que j’ai fait le premier avant Rome, je n’ai pas tellement changé la configuration du Tarmac et nous avons aussi fait Alba. J’aime l’équilibre de la voiture, donc nous n’avons pas eu à faire grand-chose avec la voiture d’entrée.

Q:
En ce qui concerne Dominik Dinkel, vous avez un nouveau système de pacenote pour ce rallye. Ça marche bien?

DD:
Cela fonctionne bien parce que notre temps sur le shakedown était bon et je suis content des changements. Nous avons essayé d’autres améliorations et nous verrons comment cela fonctionne le week-end.

Q:
Quels sont les changements ou sont-ils top secret?!

DD:
C’est un peu plus facile, c’est plus typique pour les coins avec les lignes et aussi les types de coins. Beaucoup de changements mais je pense que cela fonctionne bien.

Q:
Quelque chose d’autre qui a changé est le copilote. Quelle est l’histoire derrière ça?

DD:
Normalement, je suis avec Ursula Mayrhofer dans la voiture, mais le problème avec l’Autriche est que le Portugal est sur la liste rouge des pays, donc elle ne peut pas voyager à cause de son travail. Je dois passer à un Allemand et en Michael Wenzel, je trouve un bon.

Q:
Votre société de gestion est basée pas trop loin d’ici, expliquez-leur juste un peu à leur sujet et viennent-ils ici vous voir ce week-end?

DD:
Tiago Monteiro du programme Skywalker est de notre côté et j’ai un bon partenariat avec lui. Je suis heureux que nous puissions courir au Portugal et j’espère qu’il pourra venir le visiter samedi ou dimanche.

Q:
Est-ce que cela vous oblige à faire venir le patron?

DD:
Je crois que non! C’est un sentiment agréable et une motivation supplémentaire.

Q:
Passant à Efrén Llarena, une belle performance à Rome sur l’asphalte, un peu plus d’expérience maintenant alors quels sont les objectifs ici?

EL:
Bien sûr, nous ne savons pas exactement quels sont nos objectifs pendant tout le week-end, mais nous essaierons et nous savons que les conditions météorologiques changeront tout le week-end. Nous ne savons pas exactement mais nous devons être très rapides dans les premières étapes et ensuite essayer d’être rapide et être dans la meilleure position pour nous.

Q:
Vous avez une certaine connaissance des routes par ici. Comment?

EL:
Pendant l’hiver, nous avons fait quelques essais avec Peugeot Sport dans le nouveau Rally4 mais il ne s’agissait certainement pas des mêmes étapes que le rallye. Nous connaissons ce type de zone car notre équipe est d’ici. Mais nous ne connaissons pas exactement les conditions météorologiques donc nous verrons.

Q:
Est-il difficile de faire le bon choix de pneus alors que le temps change tout le temps?

CB:
C’est tellement difficile parce que quand il commence à pleuvoir, vous devez mettre des pneus pleins pluie, mais après cela, tout à coup, il commence à sécher très, très rapidement. En cinq ou six minutes, tout peut changer. C’est très difficile à coup sûr. Par exemple, ici en shakedown, nous avons fait trois courses, mais à chaque course, nous avons fait le mauvais choix de pneus. Nous verrons demain mais aujourd’hui nous n’en étions pas satisfaits.

Q:
En ce qui concerne Zelindo Melegari, vous êtes dans une nouvelle voiture, l’Alpine A110 RGT. Pouvez-vous expliquer comment et pourquoi?

ZM:
Il y a beaucoup d’attention pour la voiture. C’est la première fois que la nouvelle Alpine est en ERC. La voiture est très forte sur le tarmac. Le test sur asphalte mouillé est un peu difficile car la stratégie du pneu n’était pas bonne, pneu pluie quand il n’était pas mouillé et pneu sec quand il était mouillé. La voiture est très facile à conduire avec de nombreux changements de configuration. J’espère faire un bon rallye et défendre ma position en ERC2.

Q:
Visez-vous de gros points pour le championnat ou essayez-vous de gagner votre classe sur le rallye?

ZM:
Cela dépend de la météo! Si la météo est comme celle d’aujourd’hui, ce sera un rallye difficile et nous essaierons de défendre notre position. S’il n’y a pas de pluie et qu’il fait sec, nous essaierons de nous battre et de prendre le maximum de points possible.

Q:
Quel est le plan, plus de rallyes dans cette voiture ou est-ce que tu retournes chez Subaru?

ZM:
Je passe à l’Alpine car nous passons des Açores à ici et nous avons maintenant des rallyes sur asphalte. L’an dernier, la Hongrie était goudronnée et boueuse et il pourrait en être de même pour le Rallye de Spa. Pour sûr, Alpine sera parfait pour les Canaries. Mon plan est ici et les Canaries et j’espère que la pandémie nous laisse courir partout.

Q:
En ce qui concerne Ekaterina Stratieva, bienvenue de nouveau au Championnat d’Europe des Rallyes. Trouver un budget est toujours difficile, mais à quel point cela a-t-il été difficile pour vous d’arriver ici ce week-end?

ES:
Tout d’abord, je suis très, très heureux d’être de nouveau ici dans ce championnat. Ce n’était vraiment pas facile d’organiser le budget de cette année. En mars, il était plus facile d’essayer de s’organiser. Je pensais faire quatre ou cinq tours mais après que tout a complètement changé et maintenant c’est vraiment difficile et beaucoup de nos sponsors ont un budget plus petit à nous donner. Mais la bonne chose est que nous sommes ici et j’espère qu’à l’avenir j’espère que nous pourrons organiser plus de courses.

Q:
Vous êtes de retour avec l’équipe junior de Saintéloc. Après avoir profité d’une excellente première saison avec eux, est-il bon d’être de retour?

ES:
Je suis très heureux d’être de retour dans l’équipe. Toutes les années derrière moi, je rêvais de revenir dans une grande équipe avec quelqu’un qui se soucie de moi, avec des professionnels qui connaissent très bien la voiture et les choses et comment s’y préparer. Je sais très bien quand j’y vais et je dis «je ressens ça» et je ne peux pas très bien expliquer ce que je ressens, l’ingénieur sait très bien ce que je ressens et peut m’aider. Sur le test, nous avons fait beaucoup de changements sur la configuration et aujourd’hui et pas à pas, je commence à gagner plus en confiance. J’espère que demain je ne serai pas si loin.

Q:
Les ingénieurs vous conseillent mais vos coéquipiers, Marijan Griebel et Alexey Lukyanuk, sont deux pilotes très expérimentés. Qu’est-ce qu’ils vous aident?

ES:
En ce moment, je n’ai pas demandé quelque chose de spécial car les voitures sont complètement différentes et chacun a son propre ressenti dans la voiture. Mais parfois je leur demande. Par exemple, lors du Barum Rally il y a quelques années, je demandais comment prendre des notes pour les écussons parce qu’en Bulgarie nous n’avions pas les écussons, donc pour des choses comme ça, je demande.

Q:
Quelle sera votre stratégie pour ce rallye et dans quelle mesure sera-t-il difficile?

ES:
Je pense que ce sera difficile, ce serait plus facile si c’était comme en Hongrie l’année dernière car il y avait beaucoup de pluie et de boue. Ici, ça change très vite. Vous avez du soleil ensuite après qu’il pleut et la route est très sèche très rapidement. Le choix des pneus est très important. Dans le shakedown, nous avions les mauvais pneus pour rester sur la route mais ce soir, nous avons un peu de temps pour y réfléchir et demain nous verrons.

PREND FIN

Championnat d’Europe des rallyes

ERCSAISON 2020SportRallyes1SportEuropean Rally ChampionshipRalliesSEASON 2020ERC00Samedi 3 octobre 2020 – 8h32Samedi 3 octobre 2020 – 8h32

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*