GALANDI REÇOIT LE COUP DE COEUR DE -100KG À TALLINN

La deuxième journée a vu encore plus de spectateurs occuper les tribunes, le favori de la journée, Grigori MINASKIN dans la catégorie des -100 kg se produisant sur le sol national, attirant les radiodiffuseurs sportifs nationaux pour voir ce que leur concurrent international avait en réserve. Bien que le judoka dynamique se soit qualifié pour les demi-finales, c'est le jeune athlète allemand Philipp GALANDI qui l'a arrêté dans son élan à ne waza et l'a contraint à se contenter d'une éventuelle médaille de bronze. La foule estonienne est bien sûr toujours ravie de son succès et de sa deuxième médaille de bronze du jour après la victoire des -90 kg de Klen Kristofer KALJULAID. GALANDI était nerveux pour ce match mais au final, le fort soutien apporté à son adversaire a joué en sa faveur.

C'était très excitant, la foule était contre moi et bien sûr cela m'a motivé davantage. J'ai réussi à le battre, j'ai juste pris les bonnes décisions au bon moment. Je garde quelques éléments à l'esprit avant le combat en préparation, mais le reste doit venir avec un sentiment.

GALANDI est hors compétition en raison d'une blessure depuis la moitié de l'année et était très heureux de sa médaille. Il a été en mesure de prouver à ses entraîneurs et à lui-même qu'il était prêt à revenir sur le tatami pour remporter ces importantes victoires et qu'il était très optimiste. à propos de son avenir.

J'étais un peu nerveuse, c'était ma première finale à l'Open européen, mais lorsque vous êtes sur le tatami, les nerfs s'évanouissent. Tout ce que vous avez est votre stratégie et votre plan et c'était très excitant. En raison de ce succès, j'espère que je serai considéré pour un Grand Prix à l'avenir, mais nous devrons attendre et voir.

Aurelien DIESSE (FRA), numéro deux dans la catégorie des moins de 90 kg, n’a pas réussi à monter sur le podium, a travaillé sans relâche pour remporter la médaille d’or.

Je suis heureux, c'est mon deuxième Open européen, le premier a eu lieu à Luxembourg. Après les Championnats d'Europe Junior, je suis allé directement aux Grand Prix et au Grand Chelem, puis aux Championnats du Monde, mais je n'étais pas assez efficace à ce niveau. Je ne pense pas nécessairement que ce soit à propos de mon niveau de judo, car je suis capable de battre les meilleurs joueurs, mais il devient plus difficile d’être cohérent et de faire ses preuves.

Anna Zelonija

DIESSE a lutté contre les meilleurs et était en fait le judoka qui a empêché Nemanja MAJDOV (SRB) de remporter son deuxième titre mondial consécutif à Bakou.

La décision de la fédération était de me faire suivre une formation et de me préparer pour le plus haut niveau. Je suis donc ici pour tester ce sur quoi j'ai travaillé tout l'été.

Le Français avait l'estonien KALJULAID en demi-finale et cette année seulement, il s'est battu trois fois. Inévitablement, chaque compétition devient plus difficile à mesure que les individus apprennent les uns des autres leurs techniques et leurs styles de combat et, en conséquence, produisent un concours excitant qui aurait pu tomber de l'une ou l'autre manière. Bien que DIESSE ait ressenti de la tristesse pour KALJULAID, comme cela se passait chez lui, à la fin de la journée, il s’agit du judo et il doit y avoir un gagnant.

La finale contre son compatriote Alexis MATHIEU était tout aussi excitante. La finale 100% française était très attendue car les deux athlètes ont eu des performances exceptionnelles tout au long de la journée et ce serait serré. Ils n’avaient jamais combattu en compétition et MATHIEU est encore junior l’an dernier et s’est absenté des essais pour cause de blessure. À son retour, il n’avait eu aucune interaction au cours de sa rééducation, mais même avec cela, il a donné un combat fantastique et le duel s’y est battu jusqu’à ce qu’une technique réussie de DIESSE lui assure la médaille d’or.

Les médailles ont été remises par d'anciens médaillés olympiques, dont Aleksei BUDÕLIN, d'Estonie, Vsevolods ZELONIJS, ​​de Lettonie, et le champion d'Europe estonienne, Martin PADAR. Dans l’ensemble, l’European Open a été un succès, avec un grand merci à l’Association estonienne de judo et à son équipe qui a accueilli 35 nations, dont 17 ont remporté de précieuses médailles, la France, les Pays-Bas et l’Allemagne prenant les trois premières places du tableau des médailles.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*