Grand Prix du Brésil F1 – 2018 – Transcription de la conférence de presse du samedi après les qualifications

Nouvelles sportives

ENTREVUES SUR PISTE

(Dirigé par Paul Di Resta)

Q: Lewis, une autre pole position, vous 10th pole position de l'année. Qu'avez vous à dire?

Lewis Hamilton: Ce fut une séance de qualification difficile. De toute évidence, il faisait très chaud et nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre. De toute évidence, les Ferrari sont incroyablement rapides ce week-end. Mes ingénieurs ont travaillé d'arrache-pied pour que la voiture soit la meilleure place possible. Je suis vraiment très heureux d'être ici au Brésil, sachant que le design de Senna se trouve à l'arrière de mon casque, alors je veux dire… je ne savais pas que j'avais la pole, le dernier tour n'était pas celui excellent, si j’ai été honnête, j’ai eu un peu de sous-virage à quelques endroits, mais j’étais très reconnaissant d’avoir eu la pole.

Q: Cet endroit signifie beaucoup pour vous. Vous pouvez voir l’hommage que vous faites à Ayrton chaque année et les fans brésiliens vous aiment aussi?

LH: J'apprécie tellement l'amour que je reçois ici. Ce fut un voyage fou avec les fans brésiliens. Bien sûr, la première année de mon arrivée ici, je me battais contre Felipe et j’étais presque l’ennemi quand je suis parti, mais au fil des ans, c’est devenu vraiment très adorable. J’ai beaucoup de respect pour eux et j’adore le pays, donc ça va de pair.

Q: Que pouvons-nous attendre demain. De toute évidence, Ferrari a adopté une stratégie de pneus différente. Je pense que vous alliez le faire mais la pluie a compromis la Q2, pouvez-vous toujours dominer cette course?

LH: Je ne sais pas, on verra. Vous avez vu à quel point les Ferrari sont rapides. Je veux dire, ils avaient beaucoup plus d'ampoules hier que nous sur le pneu super-souple. Je ne sais pas si c’est correct, mais nous voulions être sur le soft et les choses nous ont en quelque sorte inversés. Vrai ou faux, nous verrons demain, mais heureusement, avec le choix que nous avons, je vais en tirer le meilleur parti.

Q: Profitez bien de cette soirée. Au moins, vous avez cette avance de quatre mètres demain. Sebastian, venant très près de là – P2. Une stratégie de pneus différente, comme nous venons d'en discuter avec Lewis. Êtes-vous heureux avec aujourd'hui?

Sebastian vettel: Oui, je pense que c'était très amusant. À la fin, j’ai eu un petit blocage au tour 8. J’ai eu un bon départ pour la deuxième tentative en Q3 et je pensais y aller, mais c’était un peu trop, alors j’ai perdu un peu de temps. ne s'est pas amélioré. C'était très proche, donc c'était une session amusante.

Q: Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais vous avez été appelé aux stewards pour l’incident de balance. Qu'est-ce que vous avez à dire à ce sujet?

SV: Je pense que c’est mieux si je ne dis rien… Ils ne devraient pas nous appeler, parce que lorsque les conditions changent comme cela, je pense que c’est injuste si quelqu'un est appelé et que oui, je voulais qu’il se dépêche.

Q: Il est difficile pour un pilote et un ingénieur de lire les conditions lorsqu’il se présente de la sorte. Est-ce plus la sensation du conducteur ou devez-vous vous en tenir aux systèmes météorologiques de l'ordinateur?

SV: C’est difficile. À l’intérieur du garage, on ne voit pas grand chose, on ne voit pas. Vous devez faire confiance aux tours que vous avez fait auparavant. Vous devez faire confiance à la communication que vous avez avec le mur de stands sur les conditions, ce que vous voyez que les autres voitures font. Mais quand c’est comme ça, ça peut être n'importe quoi, alors je pense qu’au final nous avons tous eu la chance d’avoir à peu près les mêmes conditions pour tout le monde, donc tant que c’est le cas, ça va.

Q: Eh bien, j'espère que vous montez une bonne série comme au Mexique, montrez cet esprit de combat. Valtteri, troisième aujourd’hui, pas très loin, mais je suppose que vous ne pouvez pas être heureux avec ça?

Valtteri BOTTAS: Oui, pas très loin mais ici les marges sont petites. Je savais que ce week-end j'avais le rythme pour être en pole. Je pense que c'était là pour moi à saisir mais je ne pouvais pas le prendre aujourd'hui. J'étais à plus de deux dixièmes de la deuxième manche, mais j'ai tout perdu dans le dernier virage dans la dernière ligne droite sans aucun trait, alors c'était assez décevant.

Q: Quand vous voyez la pluie tomber, que ressentez-vous en tant que conducteur? Continuez-vous à pousser ou y a-t-il un peu d'inquiétude?

VB: Oui, cela dépend vraiment de la situation, mais une fois que la pluie a vraiment commencé à tomber, heureusement, nous avions déjà un bon tour au tableau, nous n’avions donc pas besoin de prendre de risques. Mais parfois, il faut y aller et essayer.

CONFÉRENCE DE PRESSE

Q: Lewis, cela ressemblait à une session excitante dans des conditions difficiles. Quelles étaient les conditions?

LH: En fait, la piste était vraiment bonne. Il y a beaucoup d’adhérence ici et c’est un circuit fantastique. Ils ne font généralement plus des circuits comme celui-ci. Vous avez le différent… c’est assez accidenté, mais c’est un véritable défi, même s’il est assez court. C’est très technique – mais la prise en main était assez bonne et bien sûr, la pluie tombait de temps en temps – mais c’était juste craché. Il était difficile de dire vraiment si cela allait être glissant dans le prochain virage ou non. Parce que lorsque vous voyagez à la vitesse que vous avez, sur votre pare-soleil, parce que vous conduisez par toute la pluie, il semble que il pleut plus qu'il ne l'est. C’était donc délicat – mais je pense que tout le monde a fait du bon travail – et heureusement, ça a résisté pour que nous puissions pousser à la fin lorsque la piste était bonne.

Q: Vous avez mentionné les vitesses que vous faites ici chez Interlagos. La pole position de Valtteri l’année dernière constituait un nouveau record; vous avez perdu plus d’une seconde de ce temps. À quel point cela se sent-il rapidement ici maintenant?

LH: Avec les nouveaux pneus, les pneus tendres, les pneus supersoft et les mises à jour de notre voiture… c'est un circuit plus petit, plus court, donc la différence en général… par exemple, notre voiture est beaucoup plus rapide que l'an dernier à ce point – mais il ne montre pas autant. Sur les autres circuits, c’est plus de trois secondes. Autour d'ici, une seconde, c'est encore beaucoup. Donc, ça fait du bien, ici. En six et sept, c’est un petit ascenseur à la base, plat et plat… Il n’ya pas d’autres virages où vous êtes à plat, mais vous avez vraiment le sentiment… la prise est ce que vous ressentez, c’est incroyable. C’est meilleur que jamais.

Q: Sebastian, venant sur vous, à moins d’un dixième de seconde de la pole position. Comment vous sentez-vous après cette séance?

SV: Assez bon. Je pense que c'était amusant. Je pense que la piste était bonne, comme le disait Lewis, et évidemment très proche. J'ai eu un bon départ pour ma dernière tentative, mais oui, j'ai essayé un peu trop fort probablement, je suis entré dans le virage huit dans le secteur central et j'ai verrouillé l'avant puis un peu perdu le rythme. Essayé quelque chose de spécial dans le dernier virage, cela n’a pas fonctionné alors… ouais. Dans l'ensemble, assez heureux. Je pense que nous avons la voiture où elle est la plus heureuse et que l’équilibre était bon en qualifications, nous verrons. Nous allons commencer avec un pneu différent demain. Cela peut peut-être faire une différence.

Q: Juste pour en dire plus sur les pneus, pensez-vous que ce sera le point crucial de la course?

SV: Hmmm… pourrait être. Je veux dire, je pense que c’est le pneu que la plupart d’entre nous ont probablement voulu commencer mais les conditions étaient un peu difficiles. Oui, à la fin ce n’était pas vraiment humide, mais il y avait un peu de pluie autour de la piste, alors oui, heureux d’avoir fini et nous commençons avec un pneu différent, voyons.

Q: Valtteri, le plus rapide en Q2, vous êtes à moins d’un dixième de la pole position mais débutez troisième demain. Juste résumer la session pour nous.

VB: Je pense que l’écart est un peu plus d’un dixième mais évidemment, c’est un peu décevant. Une voiture rouge nous a pris entre nous et le rythme que j’avais eu jusqu’à présent ce week-end me donnait l’impression que je pouvais vraiment me battre pour la pole position, et je pense c'était là pour moi de le saisir. Mais lors de la deuxième manche, j’étais plus que deux dixièmes dans mon meilleur tour, mais malgré tout, le virage 12 a tout juste perdu un peu et je pense que j’étais la première voiture à sortir dans la dernière manche, je n’avais donc pas de remorquage dans la ligne droite. et juste continué à perdre du temps dans la montée. Et j'ai vu que cela n'allait pas être une amélioration, alors c'est sûr que c'est décevant, mais oui, ce fut une solide qualification pour nous en tant qu'équipe et une autre excellente pole pour Lewis – mais oui, je pense que demain, nous verrons comment notre décision d’utiliser Supersoft sera… ce qui va se passer.

QUESTIONS DE L'ÉTAGE

Q: (Scott Mitchell – Autosport) Seb, pourriez-vous nous parler de l’incident du pont-bascule, s'il vous plait, de votre point de vue – et vous inquiétez-vous maintenant d’une pénalité sur la grille pour la course de demain?

SV: Non, je ne veux pas parler à travers. Je pense que ce qui est arrivé est assez clair, donc. Je pense que nous qualifions, nous devrions parler de qualification.

Q: (Christian Menath – Motorsport-Magazin.com) Lewis, il y avait une situation entre vous et Sergey en Q2, je pense. Pouvez-vous nous parler de cette situation? Cela semblait plutôt effrayant de l'extérieur.

LH: Oui, en gros tout le monde était sur un tour «out» – moi, Sergey et tout le monde devant moi – et lorsque vous êtes sur votre tour «out», vers la fin du tour, Valtteri était devant moi alors partir pour obtenir son écart alors je devais m'assurer de garder un écart avec lui. Autant que je sache, il n'y avait personne derrière sur un tour alors je m'assurais d'avoir l'écart, mais tout à coup, du dernier virage – désolé, du virage 11 – j'ai vu une voiture arriver en hauteur. donc je me suis dit "oh mon Dieu, est-ce que quelqu'un a un tour?", alors je suis allé me ​​déplacer vers la gauche et c'est là qu'il a décidé d'aller mais il n'était pas sur un tour, donc je ne sais pas trop quoi sa pensée était vraiment, avec ça, parce que respectueusement, entre tous les pilotes, nous respectons tous… vous savez, j'aurais facilement pu essayer de doubler Valtteri ou Valtteri quel que soit celui qui se trouvait devant lui. Nous savions tous qu'il fallait garder notre espace à ce moment-là, donc c'était en général un geste irrespectueux dans la mesure où c'était dangereux entre nous deux parce que je ne m'attendais pas à ce que cela se produise de la sorte. J'essayais donc vraiment de sortir de son chemin mais il a fini par aller à l'intérieur, mais ensuite il est arrivé au coin de la rue puis a ralenti pour utiliser l'écart mais je ne sais pas non plus s'il faut ralentir mes genoux ou non. C'était un peu étrange. C'était totalement inutile car nous avions un espace derrière, derrière lui il y en avait un peu, donc finalement, ses genoux et mes genoux n'étaient pas géniaux. J'espère qu'il pourra en tirer des leçons.

Q: (Scott Mitchell – Autosport) Valtteri, vous avez parlé d'un moment au tour 12, que s'est-il passé sur le tour? La voiture s'est détachée ou était-ce simplement moins rapide?

VB: Non, je n’ai pas vraiment eu un moment, j’ai perdu quelques centièmes là, je pense. Je pense qu'au début du tour ça devenait très bon, alors le milieu du tour était moyen et a perdu un peu dans le dernier virage, mais la perte de temps principale, je pense que c'était plus d'un dixième, était juste en hausse la colline, juste perdre du temps sur la ligne droite. Pas de drame, mais certainement pas un tour parfait mais je pense qu'avec un pôle parfait, cela aurait été possible.

Q: (Michael Schmidt – Auto Motor und Sport) Seb, en Q2, tu étais presque aussi rapide que la Mercedes sur les pneus tendres, donc les pneus les plus durs, as-tu été surpris de constater qu’il n’y avait pas un plus grand écart avec le supersoft?

MME: Oui, le tour était vraiment bien, le pneu était vraiment bon. Vous commencez le week-end, vous avez une estimation de la différence entre les pneus, puis vous courez votre course du vendredi et vous pouvez le corriger, mais j’étais vraiment surpris, le pneu était vraiment bon. Je ne pense pas que c'était beaucoup plus lent. Ouais, mais ça n’a pas été l'impression… d'habitude, nous nous attendions à quelque chose comme trois ou quatre dixièmes, mais c'était vraiment bien. J'ai été surpris quand j'ai franchi la ligne d'arrivée en Q2 parce que j'ai aussi gardé une marge pour la pluie afin de pouvoir aller plus vite avec ce pneu facilement. Donc, si c’est le bon lendemain, alors des jours heureux!

Q: (Christian Menath – Motorsport-Magazin.com) Vous commencez avec différents types de pneus. Lewis a été assez franc à Austin, je pense que lorsque vous avez commencé sur le complexe plus difficile, il s'agissait d'un désavantage. Qu'attendez-vous du début avec différents types de pneus?

LH: On m’a dit qu’il n’y avait pas une grande différence, mais qu’il y avait toujours une différence. Ce sera certainement un peu intéressant. Le virage n’est pas énorme, mais les Ferrari sont généralement très bonnes à leurs départs. Cependant, nous sommes assez équilibrés sur le plan des performances globales avec Ferrari. Nous sommes en fait assez égaux avec eux, alors nous avons tous les deux eu le même nombre de bons départs, alors je suis excité d’avoir juste une bataille, vous savez. Mais faire durer ce pneu, je pense, sera un scénario intéressant, mais c’est ce qu’il est. Nous ferons tout ce que nous pouvons demain.

SV: Encore une fois, nous avons une estimation de ce que pourrait être la pénalité avec le composé le plus dur au départ, mais c’est un très court chemin pour en tourner un, donc nous verrons. J'ai de très bons souvenirs de P2, en commençant par P2 ici, on verra. Je pense que cela dépend beaucoup plus du travail que vous faites au début, de tout bien faire, puis d'un peu de différence sur les pneus.

Q: Y a-t-il des niveaux d’adhérence similaires des deux côtés de la piste?

SV: Je le pense. Les dernières années, c'était quand même joli, oui. Habituellement, le côté droit ou le côté étrange ici est un peu plus propre, mais je suis sûr qu’avec les autres courses du week-end, tout devrait être parfait, il devrait y avoir beaucoup de gomme.

VB: Rien à ajouter.

Prend fin

Championnat du monde FIA ​​de Formule 1

F1 Grand Prix du BrésilSAISON 2018SportCircuit1SportFIA Championnat du Monde Formule 1CircuitSEASON 2018F1Grand Prix du Brésil01Samedi 10 novembre 2018 – 21h00Samedi 10 novembre 2018 – 21h00

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*