LES SUPER-LOURDS PRENNENT LA SCÈNE CENTRALE À TBILISI

Ce n’est pas souvent que la catégorie des femmes des poids super-lourds occupe la première place lors d’un Grand Chelem. Mais, pour plusieurs raisons, les + 78 kg attireront l’attention des fans de judo alors que certains des meilleurs au monde continuent sur la route de Tokyo. Pour certains des 513 athlètes (284 hommes, 229 femmes) qui devraient participer à Tbilissi, il s’agira de qualification olympique. Pour d’autres, c’est le besoin d’une compétition de haut niveau en vue de ce qui sera probablement le plus grand événement de leur carrière de judo.

Ayant déjà récolté trois médailles olympiques, Idalys ORTIZ (CUB) se prépare pour ses quatrièmes Jeux Olympiques, et la tête de série numéro un manque très rarement le podium. Dans la moitié opposée du tirage au sort se trouvera Maria Suelen ALTHEMAN (BRA), qui cherche une place à ce que seraient ses troisièmes Jeux. Beatriz SOUZA (BRA), 22 ans, la presse fortement pour cette place, qui a ses propres idées sur qui devrait aller à Tokyo. Mais le feu d’artifice commencera (et se terminera probablement) avec Romane DICKO (FRA) qui a été dans une forme dévastatrice en remportant ses quatre derniers événements du Tour IJF et, entre les deux, les Championnats d’Europe. Dicko n’a pas encore affronté Altheman et ici à Tbilissi, ils sont tirés au sort dans la même moitié. WANG Yan (CHN) et XU Shiyan (CHN) chercheront à mettre de côté tout ce qui précède, qui ne sont ni parmi les têtes de série. La Chine a remporté une médaille dans la division Super-Heavyweight pour les femmes à chaque Jeux. On s’attend à ce que l’un de ceux-ci perpétue cette tradition et que l’un d’entre eux soit médaillé ici à Tbilissi.

JOUR UN

Dans la catégorie des -60 kg, la tête de série numéro un Sharafuddin LUTFILLAEV (UZB) cherchera à rebondir après une sortie anticipée de choc à la maison à Tachkent plus tôt ce mois-ci. Lutfillaev aura beaucoup de mal à trouver son chemin vers le podium à Tbilissi où, même en l’absence de l’actuel champion du monde Lukhumi CHKHVIMIANI (GEO), les Géorgiens seront en abondance. Et si Lutfillaev a la chance d’éviter, ou assez habile pour vaincre les athlètes locaux, il y a toujours Tornike TSJAKADOEA (NED), Luka MKHEIDZE (FRA) ou peut-être Oruj VALIZADA (AZE) pour le tester dans ce qui ressemble à un championnat national géorgien.

Tornike TSJAKADOEA (NED) et Luka MKHEIDZE (FRA) dans l’épreuve IJF Masters, Doha 2021.

Vazha MARGVELASHVILI (GEO) débutera comme favori dans la catégorie -66kg où la plus grande menace viendra probablement de GANBOLD Kherlen (MGL) et YONDONPERENLEI Baskhuu (MGL). La bataille pour la première place de la catégorie pour la Russie se poursuit avec l’apparition de Yakub SHAMILOV (RUS) et Mikhail PULIAEV (RUS), deux des quatre Russes qui ont des espoirs de qualification. On peut également s’attendre à ce que Denis VIERU (MDA) soit parmi les médailles ici.

La tête de série numéro un dans la catégorie des -48 kg est MUNKHBAT Urantsetseg (MGL), fraîchement sortie de sa médaille d’or à Tachkent. Un groupe d’athlètes avides de places sera aligné contre elle. Les combats internes se poursuivent entre Melanie CLEMENT (FRA) et Shrine BOUKLI (FRA), Milica NIKOLIC (SRB) et Andrea STOJADINOV (SRB) ainsi que Julia FIGUEROA (ESP) et Laura MARTINEZ (ESP). Dans l’espoir d’éviter le carnage, Marusa STANGAR (SLO) et Catarina COSTA (POR).

Odette GIUFFRIDA (ITA) est la tête de série numéro dans la catégorie des -52kg où elle semble avoir le dessus sur le terrain. Astride GNETO (FRA) est la tête de série numéro deux. Chelsea GILES (GBR) espère pouvoir maintenir l’élan qui l’a menée à sa toute première médaille d’or en Grand Chelem il y a un peu plus d’un mois à Tel Aviv. Mariam JANASHVILI (GEO) et Tetiana LEVYTSKA-SHUKVANI (GEO) portent tout espoir raisonnable que les hôtes ont de remporter une médaille ici.

Championne d’Europe, Odette GIUFFRIDA (ITA).

Un nombre impressionnant de 37 athlètes s’affronteront dans la catégorie des -57 kg où l’actuel champion du monde Crista DEGUCHI (CAN) est la tête de série numéro un. Il y a sur le papier un groupe assez fort pour donner à Deguchi une forte opposition, mais cela exigera d’eux qu’ils soient à leur meilleur. Deguchi est un numéro de classe et, si elle est à son meilleur, la Canadienne sera sûrement trop forte même pour Sarah Leonie CYSIQUE (FRA), Nora GJAKOVA (KOS) et DORJSUREN Sumiya (MGL). Faites également attention à Eteri LIPARTELIANI (GEO) et Daria MEZHETSKAIA (RUS).

JOUR DEUX

Le timing pourrait être parfait pour la championne olympique 2012 Lasha SHAVDATUASHVILI (GEO). Pouvoir concourir à domicile devrait s’avérer un réel avantage et le Géorgien sera également écarté d’Akil GJAKOVA (KOS) et de TSEND-OCHIR Tsogtbaatar (MGL) qui ont tous deux battu Shavdatuashvili à deux reprises. Arthur MARGELIDON (CAN) est la tête de série numéro un.

L’homme géorgien du moment est l’actuel champion d’Europe de la catégorie -81kg Tato GRIGALASHVILI (GEO) dont on attend beaucoup. Alan KHUBETSOV (RUS) peut se donner un coup de pouce majeur avec un bon résultat ici tandis que Sami CHOUCHI (BEL) et Anri EGUTIDZE (POR) semblent prêts à performer. Le triple médaillé mondial Antoine VALOIS-FORTIER (CAN) est le plus expérimenté d’une solide équipe canadienne et il sera difficile de le maintenir hors du podium.

Champion d’Europe, Tato GRIGALASHVILI (GEO).

La catégorie des -63 kg ne voit que deux des huit meilleures têtes de série en provenance d’Europe. Il y a une force considérable en dehors de ce top huit et il est parfaitement possible que les médailles reviennent principalement à des athlètes non classés. Magadalena KRSSAKOVA (AUT) est la tête de série numéro quatre tandis que Daria DAVYDOVA (RUS) est la tête de série numéro six. YANG Junxia (CHN) et TANG Jing (CHN) sont tous deux non classés et s’avéreront des adversaires difficiles.

La championne du monde actuelle Marie Eve GAHIE (FRA) et la tête de série numéro deux Margaux PINOT (FRA) renouvellent leur lutte pour la suprématie au sommet de la WRL où seuls quelques points séparent la paire. Le pack de chasse comprend Michaela POLLERES (AUT), Gemma HOWELL (GBR) et le duo allemand de Giovanna SCOCCIMARRO (GER) et Miriam BUTKEREIT (GER).

JOUR TROIS

Dans l’une des plus grandes catégories (44 athlètes), la catégorie des -90 kg permet aux athlètes non classés d’éviter les huit premiers. Cela signifie également que nous allons probablement assister à des massacres de géants. Selon son humeur, on verra peut-être encore un peu d’étincelle de l’ancien champion du monde Avtandili TCHRIKISHVILI (GEO) tandis que Marcus NYMAN (SWE) devra profiter de sa position de tête de série élevée de numéro quatre. Ivan Felipe SILVA MORALES (CUB) est la tête de série numéro un.

Le champion du monde actuel Jorge FONSECA (POR) doit se demander quand va-t-il ressentir à nouveau ce sentiment de médaille d’or. Depuis sa victoire aux championnats du monde en 2019, Fonseca a remporté une médaille de bronze du circuit IJF lors de cinq épreuves. Les choses sont un peu différentes pour Toma NIKIFOROV (BEL) qui à 19 ansetentative a réussi à gagner un Grand Chelem quand il a remporté l’or à Tachkent plus tôt ce mois-ci. Le Belge est tête de série ici et cherchera à poursuivre son ascension dans le classement. Les jeunes canons Onise SANEBLIDZE (GEO) et Ilia SULAMANIDZE (GEO) mèneront la charge pour les Géorgiens.

Champion du monde actuel Jorge FONSECA (POR).

Déjà double médaillée d’or du Grand Chelem, Gela ZAALISHVILI (GEO) est sur le point de voler la vedette dans la catégorie + 100 kg malgré le fait qu’il ne soit pas la tête de série numéro un. Ce privilège revient à Rafael Silva (BRA) qui remportait des médailles du Grand Chelem alors que Zaalashvili était encore au collège. Seule une performance médaillée d’or de Zaalashvili fera l’affaire ici. En l’absence de l’ancien champion du monde Guram TUSHISHVILI (GEO), Zaalashvili, 21 ans, doit impressionner. Ne manquez pas non plus Ushangi KOKAURI (AZE), Vladut SIMONESCU (ROU) et un choix extérieur Johannes FREY (GER) dont n’importe qui pourrait monter sur le podium.

La France est en mesure de déployer un autre de ses gros canons cette fois sous la forme de l’actuelle championne du monde à -78 kg Madeleine MALONGA (FRA) qui siège confortablement au sommet de la WRL Les Allemands ont toujours les mains pleines avec le choix entre Anna Maria WAGNER (GER) et Luise MALZAHN (GER) et il y a un endroit qui sépare Aleksandra BABINTSEVE (RUS) et Antonina SHMELEVA (RUS). Attention aussi à Loriana KUKA (KOS) et Bernadette GRAF (AUT).

Le post SUPER-HEAVYWEIGHTS TAKE CENTER STAGE IN TBILISI est apparu en premier sur European Judo Union.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*