MALZAHN RESURGENT STUNS AVEC DE L'OR À BAKU

Pour sa quatrième victoire sur le circuit mondial de la FIJ en trois mois à peine, Luise MALZAHN (GER) a vu l’Allemand de 28 ans remporter la médaille d’or le troisième et dernier jour de la compétition au Grand Chelem de Bakou. Cinq années d’attente se sont déjà écoulées entre la seule précédente médaille d’or du Grand Chelem (Abou Dhabi 2014) et celle de Malzahn à Bakou. Ne vous y méprenez pas, il s’agissait d’un terrain de qualité et Malzahn a su saisir l’occasion pour démontrer qu’elle avait toujours soif de compétition au plus haut niveau.

Malzahn a commencé la journée avec la huitième tête de série, sachant également qu'elle était dans un champ qui contenait trois anciens champions du monde. De plus, son ratio victoires-défaites contre le trio laissait penser qu'il serait difficile de monter sur le podium. Mais, Malzahn a confondu les doutes avec l'une de ses meilleures performances en carrière. Après un match nul au premier tour, Malzahn a dépassé Yahima RAMIREZ (POR), dont le bilan alarmant des pertes imputables à hansokumake est déconcertant. Le quart de finale a permis à Malzahn de se mesurer à Myra AGUIAR (BRA), la tête de série numéro 1, à qui elle avait perdu lors de chacune de leurs sept rencontres. Cette fois, les choses étaient différentes et Malzahn a réussi à marquer tôt avec harai goshi, qui a laissé Aguiar se lancer à la poursuite du combat, une poursuite qui a finalement échoué. En demi-finale, Malzahn a affronté Madeleine MALONGA (FRA) contre qui elle avait perdu en finale du Grand Chelem de Paris il y a environ trois mois. Malonga avait l'air nerveux et rassembla deux shidos avant de marcher sur un énorme uchi mata qui catapulta le combattant français pour ippon. En finale, Malzahn a affronté sa coéquipière et rivale proche Anna Maria WAGNER (GER). Seules quatre places séparent le duo au classement mondial de la FIJ. Pourtant, c'est Malzahn qui a dicté le tempo en lançant deux fois Wagner pour remporter la médaille d'or.

Podium

Lorsqu'on lui a demandé quelles étaient ses émotions après sa victoire, Malzahn a répondu:
Pour être honnête, j'étais sans voix sur le podium. Je ne me sentais pas bien quand je me suis réveillé ce matin et je pense que cela a ajouté à la pression que je ressentais. Mais une fois que j'ai vaincu Myra [Aguiar] Je savais que j'allais prendre une médaille. Je ne savais simplement pas de quelle couleur il serait.

En ce qui concerne sa rivalité avec Anna Maria Wagner, Malzahn a déclaré:

En finale avec Anna Maria, il était difficile de contenir mon enthousiasme lorsque je l'ai lancée pour le premier waza ari. Je savais qu'elle reviendrait fortement. Mais j'ai travaillé encore plus fort pour la rattraper.

En ce qui concerne l'avenir, Malzahn était prudent et a déclaré:

Bien sûr, j'espère pouvoir répéter cette performance et rester en lice pour les sélections futures.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*