TROISIEME FOIS UN CHARME POUR LIPARTELIANI SCORING DOHA MASTERS TITLE

Le troisième et dernier jour de l’épreuve des Masters de l’IJF à Doha, l’Europe a remporté la totalité des vingt médailles disponibles sauf deux. Une réalisation incroyable a été mise en branle dès le début alors que les favoris des fans allaient de mieux en mieux dans les préliminaires.

Dans la catégorie -100kg, Varlam LIPARTELIANI (GEO) a revendiqué sa troisième médaille d’or IJF Masters, et quelle performance c’était. Avec les meilleurs au monde se rassemblant pour tous ces points de classement importants avant les Jeux Olympiques de cette année, cela n’allait jamais être une journée facile pour aucun des athlètes, mais Liparteliani est venu avec un bang, et après avoir subi une défaite contre Peter PALTCHIK (ISR) – éventuellement médaillé de bronze – aux Championnats d’Europe, a égalisé les règles du jeu.

Une belle finale et un troisième titre de Masters pour Varlam LIPARTELIANI (GEO).

Une performance tout aussi impressionnante est venue de Zelym KOTSOIEV (AZE), perdant seulement contre Liparteliani lors de la finale, mais battant le champion du monde 2018 CHO Guham (KOR) au premier tour. La deuxième médaille de bronze a été remportée par le podium régulier, Arman ADAMIAN (RUS).

La Géorgie a également connu un grand succès dans la catégorie des -90 kg, remportant deux médailles, Beka GVINIASHVILI (GEO) semble s’être ressuscité et est de retour en pleine forme, un timing parfait et une médaille d’argent! Le plus senior des deux médaillés était de retour dans sa foulée, mais il n’y a pas de mise à l’écart du plus jeune Lasha BEKAURI qui a en fait remporté la médaille d’or au Masters en 2019. Passant de façon transparente sur la scène senior après le succès junior, il est toujours à la poursuite comme il n’y a pas beaucoup de points entre eux, une médaille de bronze en toute sécurité dans sa poche.

Image du curseur

Beka GVINIASHVILI (GEO) est de retour sur la bonne voie avec ses énormes talents de lanceur.

Image du curseur

Triomphante, Lasha BEKAURI (GEO) remporte la médaille de bronze.

Eduard TRIPPEL (GER) a battu la tête de série numéro un, Ivan Felipe SILVA MORALES (CUB) au premier tour et, bien que perdu contre l’éventuel médaillé d’argent, Gviniashvili, s’est battu pour revenir et décrocher une médaille de bronze pour l’Allemagne. Bien sûr, la performance ultime est venue de Noel VAN T END (NED). Le champion du monde actuel n’avait pas eu la meilleure des chances depuis son retour du lock-out, mais il y avait une nouvelle énergie aujourd’hui et les victoires ont continué à rouler. La demi-finale contre le champion d’Europe Mikhail IGOLNIKOV (RUS) a été une compétition féroce et s’est terminée par un nom de seoi rapide du Néerlandais.

La finale a vu Van T End affronter Gviniashvili et n’était pas sur le point d’abandonner sa séquence de victoires. Depuis 2014, la paire est familière, mais ce dernier n’a pas encore trouvé le moyen de s’imposer. L’avantage mental de celui-ci a vu le Néerlandais remporter une victoire spectaculaire et affirmer sa prétention au titre mondial.

Le champion du monde Noel VAN ‘T END (NED) est de retour en forme pour remporter le titre de Masters.

Découvrez tout sur la catégorie + 100kg ici. Le roi est de retour…

La France a non seulement dominé la catégorie + 100 kg, mais les femmes étaient imparables, contribuant à l’accumulation de cinq médailles d’or et à la première place du tableau des médailles.

Madeleine MALONGA (FRA) a démontré exactement pourquoi elle est la leader du peloton, laissant ses coéquipières Audrey TCHEUMEO et Fanny Estelle POSVITE décrocher la seule médaille pour la France dans la catégorie -78kg. Malonga est gracieuse dans son exécution et elle semble être une chaussure pour le succès olympique avec des victoires mondiales, européennes et des maîtres pour n’en citer que quelques-unes. Avec le Grand Chelem toujours en cours, il sera intéressant de voir si elle peut garder l’élan jusqu’à Tokyo.

Une finale difficile mais Madeleine MALONGA (FRA) est revenue en tête.

La route a été difficile pour les médaillés de bronze, une bataille pour le score d’or avec Natalie POWELL (GBR) a été le dernier obstacle pour Loriana KUKA (KOS), et une situation encore plus difficile de l’autre côté. Combattre un coéquipier n’est jamais facile, mais quand les deux sont à un niveau aussi élevé, vous pouvez vous attendre à un va-et-vient décent, c’était le cas de Guusje STEENHUIS (NED) et Marhinde VERKERK. Bien que ce dernier n’ait pas réussi à repartir avec une médaille, c’était un combat fort, et pendant la plupart du temps, VERKERK semblait être en contrôle et en avance en termes de gestion du combat, mais c’est STEENHUIS qui a finalement été après presque neuf minutes de compétition. a marqué waza ari.

On ne peut pas dire assez de bonnes choses sur la jeune Romane DICKO (FRA). La Française a peut-être dû s’éloigner considérablement de la compétition en raison d’une blessure, puis en raison de la pandémie, mais aucun des deux ne semble l’avoir empêchée de se qualifier pour la médaille d’or. Initialement disposé de la tête de série numéro un, également en tête de la WRL, Idalys ORTIZ (CUB), Dicko était sur un vainqueur. Ne jamais laisser personne ressentir le contraire avec son arsenal de tachi-waza et de ne-waza.

Romane DICKO (FRA) en finale avec Iryna KINDZERSKA (AZE).

Finaliste, Iryna KINDZERSKA (AZE) a réalisé une performance formidable tout au long de la journée, perdant seulement en finale contre Dicko, mais il était clair que les deux en forme le dernier jour venaient de France et d’Azerbaïdjan. Une médaille de bronze a été décernée à Kayra SAYIT (TUR), même si elle n’a pas pu franchir la forteresse qui était la Championne d’Europe de France, son courage et lui a permis de remporter une médaille de bronze en or et elle a pu faire appel ses réserves pour une dernière attaque de médaille.

Le message TROISIÈME FOIS UN CHARME POUR LIPARTELIANI SCORING DOHA MASTERS TITLE est apparu en premier sur European Judo Union.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*