TUSHISHVILI PREND LE TITRE DE TEDDY

Avec la sortie de Teddy RINER (FRA), la possibilité de remporter le titre mondial dans la catégorie des +100 kg était ouverte à tous les athlètes. Il y avait cependant quelques grands noms européens qui étaient les favoris pour gagner. Guram TUSHISHVILI (GEO) et Lukas KRPALEK (CZE) sont tous deux des athlètes à succès, ce dernier étant déjà champion du monde et olympique dans la catégorie des 100 kg. Cependant, il prend maintenant ses chances dans la catégorie des poids ouverts.

TUSHISHVILI a connu une expérience difficile lors des Championnats du monde l’an dernier à Budapest, et a été en contact avec RINER en demi-finale. RINER nous a depuis dit qu’il appréciait de pouvoir combattre quelqu'un qui était si athlétique et rapide et lui posait un défi. C'était vraiment un défi, le Géorgien étant sur le point de marquer contre le Français, le plus proche est arrivé depuis longtemps. NAIDAN Tuvshinbaya (MGL) a également été victime d’un mauvais combat en bronze, obligeant TUSHISHVILI à se contenter d’une cinquième place.

Cette année à Bakou, en Azerbaïdjan, l’athlète géorgien a changé sa fin et a remporté non seulement sa première médaille mondiale, mais aussi le titre de champion du monde.

"Je suis très heureux et c'est un sentiment très joyeux. C'est très honorable. Bien sûr, je suis très heureux d'avoir remporté le titre après Teddy. C'est vraiment une grande chose pour moi et ce sera la chose la plus difficile à faire." maintenir le titre. "

Depuis lors, il est revenu plus fort et a impressionné la foule lors des rondes préliminaires ici à Bakou. Son premier combat contre le concurrent roumain Daniel NATEA. TUSHISHVILI profite de sa position d’adversaire le plus athlétique dans la majorité de ses épreuves, notamment contre NATEA, attaquant avec des ashi waza rapides, marquant le premier avec un waza ari et plus tard dans le combat, passant sous le bras de NATEA. o soto gari pour marquer ippon. Le deuxième combat contre Yakiv KHAMMO (UKR) était terminé dans le même temps que le premier, marquant avec une attaque de seoi et terminant avec une technique sasai aveuglante.

Tour préliminaire entre Guram TUSHISHVILI (GEO) et Roy MEYER (NED).

Les quarts de finale contre le fort Roy MEYER (NED) ont été récompensés par trois minutes et demie pour être exact. Ce fut un concours frustrant pour le géorgien, il a été décerné – et ensuite dépouillé de – scores de waza ari deux fois. Finalement, TUSHISHVILI remporte la victoire face à ULZIIBAYAR Duurenbayar (MGL), la dernière fois qu’il s’est battu au Grand Chelem de Paris, où le mongol est arrivé en tête.

Guram TUSHISHVILI (GEO) célèbre après avoir remporté la demi-finale contre ULZIIBAYAR Duurenbayar (MGL).

L’athlète géorgien était préparé pour lui cette fois et il a été comblé de joie quand il a exécuté un profond tirage au sort, réalisant qu’il était en finale contre l’Azerbaïdjanais Ushangi KOKAURI. Ils ont été jumelés en force, ce qui rend difficile pour les deux athlètes, mais à la fin, un seul peut gagner. TUSHISHVILI, le plus petit des deux, a terminé le combat avec un seia nage dynamique, marquant ippon avec seulement quatre secondes à jouer. L'arène a éclaté.

"C’était très dur, chaque combat d’aujourd’hui était difficile. La finale a été la plus difficile car j’ai rencontré mon compatriote et ami, je le connais très bien et psychologiquement, c’est très difficile. Mais j’ai surmonté cette barrière et je suis devenu champion du monde . "

Moment d'or Guram TUSHISHVILI remporte le titre mondial de + 100kg contre Ushangi KOKAURI (AZE).


Ushangi KOKAURI est devenu le seul athlète de l'équipe d'Azerbaïdjan à atteindre la finale. Cela a été quelque peu surprenant, l'athlète non classé s'est classé au 36ème rang mondial. La beauté du judo est que chaque jour, n'importe qui peut gagner, car il a fait ses preuves au dernier jour de la compétition individuelle.

Le premier concours de KOKAURI était contre Uladzislau TSIARPITSKI (BLR), marquant facilement ippon par ouchi gari. La troisième épreuve avec l'athlète polonais Maciej SARNACKI, à mi-parcours de la compétition, les Azéris ont attaqué avec harai tsurikomi ashi, un ippon indiscutable.

Ushangi KOKAURI (AZE)

Ce fut une journée relativement simple pour le grand athlète, contrôlant ses combats et prenant chaque échange un par un, jusqu’au quart de finale. Dans sa réserve, il a affronté le champion du monde et olympique dans la catégorie des 100 kg, Lukas KRPALEK (CZE). Bien que ce fut un match difficile, il était confiant

"Pendant les camps internationaux, je l'ai rencontré plusieurs fois et la plupart des réunions je l'ai battu, alors je m'attendais aussi à ce tournoi à le battre et je l'ai fait."

Les supporters locaux se sont ralliés derrière leur athlète pour la demi-finale contre Bekmirod OLTIBOEV (UZB), le combat n’a pas duré plus de trente secondes alors qu’il s’accrochait à un o uchi gari et marquait ippon, son thème du jour! L'Azeri a connu un tournoi incroyable et a dépassé les attentes, apportant de la fierté à son pays natal. Lorsque nous avons posé des questions sur sa finale contre le futur champion du monde, il nous a dit:

"Je l'ai rencontré trois fois auparavant, j'étais prêt avec ce concours, je connaissais son style, tout, pour être honnête j'étais tout à fait prêt mais pas cette fois-ci, la prochaine fois sera beaucoup mieux mais je suis très satisfait de ce résultat."

Ushangi KOKAURI (AZE) ne perd pas de temps en demi-finale contre Bekmirod OLTIBOEV (UZB) pour une place en finale.


Podium + 100kg

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*