WRC – O. Tänak: "Certainement l'une des victoires les plus difficiles que j'ai remportées."

Nouvelles sportives

CHAMPIONNAT DU MONDE DE RALLYE FIA

Présent:
1 er Ott Tänak (EST), équipe du rallye mondial Toyota Gazoo Racing
1re Martin Järveoja (EST), équipe mondiale du rallye Toyota Gazoo
2e Thierry Neuville (BEL), équipe mondiale Hyundai Shell Mobis Rally
2ème Nicolas Gilsoul (BEL), équipe mondiale Hyundai Shell Mobis Rallye
3ème Sébastien Ogier (FRA), équipe Citroën Total World Rally
3ème Julien Ingrassia (FRA), équipe Citroën Total World Rally
Kaj Lindström (FIN), équipe mondiale du rallye Toyota Gazoo

Q:
Ott, félicitations pour cette victoire fantastique. Vous avez dit à l’arrivée que c’était l’une des victoires les plus difficiles de votre carrière. Maintenant que la poussière est retombée, pensez-vous toujours cela?

Ott Tänak:
Oui, c’est définitivement l’une des victoires les plus difficiles que j’ai remportées. Il y a eu beaucoup de week-ends difficiles mais gagner ce rallye comme nous l'avons fait était difficile. Tout d'abord, vendredi, les perspectives étaient prometteuses. Nous avions une bonne position à partir de laquelle nous avons commencé. C'était pas si mal. Samedi matin, après quelques kilomètres, nous avons cassé une ligne de freins sans freins. Après cela, la situation est devenue assez compliquée, mais j’étais toujours heureux de prendre la tête du rallye. L'après-midi était toujours intéressant. Nous avons eu d'autres problèmes et avons réussi à ramener la voiture en tête. Aujourd'hui, les routes étaient beaucoup plus douces et nous pouvions nous battre pour le poste.

Q:
Compte tenu de votre position sur la route, vous définissez des temps incroyables?

OT:
Je dirais que pendant la reconnaissance, nous nous attendions à une journée d’ouverture difficile. Cela semblait lâche et difficile pour toute la compétition. La position sur la route semblait cruciale. Finalement, j'ai commencé la première étape et je me sentais bien dans la voiture, l'équilibre était là et ça fonctionnait. J'étais heureux.

Q:
Sur la Power Stage aujourd'hui, il est apparu que vous étiez plus rapide que Sébastien Ogier. Avez-vous ralenti vers la fin?

OT:
C'était une longue histoire. La Power Stage était longue. Au début, nous pensions un peu à la stratégie et nous pensions que chaque point serait important à la fin de l’année. Nous allions avoir trois points d'avance sur Seb sans les points Power Stage. Je pensais que je devrais être plus rapide que lui. Le plan était de collecter autant de points que possible mais Kris a commis une erreur et cela a tout changé. Seb était sur le podium et nous étions au même niveau en points. Je savais que je devais être un peu plus lent pour éviter d'ouvrir la route en Sardaigne. Puis Thierry s'est mis entre nous et j'ai perdu un autre point.

Q:
Martin, ce fut un excellent week-end pour toi et Ott, comment vous sentez-vous?

Martin Järveoja:
Pour être honnête, c’est un miracle que nous soyons sur la troisième marche du podium. Aujourd'hui c'était bon. Toute la journée, nous avons été en douceur et nous pouvions conduire aussi vite que possible.

Q:
Vous avez eu des problèmes de freins et d'amortisseurs, mais Ott les a traités à la fin des étapes. Quelles sont vos pensées?

MJ:
Il est toujours stressant que la voiture ne fonctionne pas normalement. Dans ces conditions, vous ne savez pas combien de temps cela durera. Ott ne ralentit pas – nous sommes ici.

Q:
Thierry, deuxième place mais après l'accident sur le Rallye du Chili, vous devez vous fier à ce résultat?

Thierry Neuville:
C'est vrai. Venant ici après ce grand crash au Chili, nous ne savions même pas ce qui allait se passer. Je sentais que tout allait bien et qu'il n'y avait pas de peur. J'ai fait les essais et la vitesse était bonne. Sur la première étape, j'étais trop prudent car je suppose que je ne voulais pas m'arrêter de nouveau sur la scène. C'était très étroit et j'ai perdu onze secondes. C'était plutôt une surprise. Nous avons réglé le problème rapidement, apporté quelques modifications aux paramètres et, à la troisième étape, nous étions rapidement dans un bon rythme. De toute façon, le résultat n'aurait pas changé. Ott était tout le temps plus rapide que nous. Il aurait eu le dessus. J'étais tout le temps à la limite, mais je suis fier de la deuxième place.

Q:
Vous semblez avoir du mal à attraper Kris Meeke?

TN:
J'ai failli abandonner sur la troisième étape ce matin. Je pensais que Kris faisait un grand rassemblement, je dois dire. Il était également quatrième sur la route vendredi et faisait du bon travail. J'ai un peu ralenti, modifié les paramètres pour essayer quelque chose pour la Sardaigne et cela fonctionnait. Nous avons poussé un peu plus et puis nous nous sommes retrouvés avec un coussin de 7,5 secondes après son problème. Cela prouve que si vous voulez être à l'avant, vous ne devriez jamais abandonner. L’objectif de la Power Stage était de prendre le maximum de points mais nous l’avons manqué par 9 / 10ème de seconde. C'était pas mal.

Q:
Hyundai a utilisé beaucoup de tactiques ce week-end. Pensez-vous qu'ils ont travaillé à votre avantage?

TN:
De mon point de vue, ce n'était pas nouveau. Cela a beaucoup aidé à optimiser mes chances mais je soulignerai que nous n’avons rien fait d’interdit. Nous avons essayé de rester ensemble en équipe et avons essayé de prendre ce que nous pouvions. La deuxième place et quatre points sur la Power Stage est un bon résultat.

Q:
Nicolas, quel est votre sentiment maintenant après ce résultat et le Rallye du Chili?

Nicolas Gilsoul:
Tout d’abord, après le Chili, j’ai pris le temps de me remettre correctement et j’ai sauté le test préparatoire qui a eu lieu deux ou quatre jours après mon retour chez moi. Je me suis senti fatigué par le décalage horaire. C'était un bon choix. J'étais excité d'être de retour dans la voiture et la sensation était bonne sur la ligne de départ de la première étape.

Q:
Sébastien, troisième à la fin du Rallye du Portugal, mais la tactique était la même chez Hyundai et Ott. Et vous menez le championnat en direction de la Sardaigne. Que ressentez vous?

Sébastien Ogier:
Il s'est passé beaucoup de choses. Je me sens heureux, cependant, en ce moment. Je m'attendais à ce que ce soit un week-end difficile. Le Portugal était plus sec que je ne l'ai jamais vu ici. Ma position de départ était compliquée, mais nous avons combattu tout le week-end et je suis heureux pour les points. Les progrès réalisés lors des tests préalables à l’événement ont été confirmés et nous avons fait un pas dans la bonne direction, même s’il n’était pas facile à voir.

La plupart du temps, nous courions tôt sur la scène. J'étais d'abord sur la route vendredi et ensuite tôt les jours suivants. J'ai eu une bonne étape de puissance dans des conditions comparables aux autres. Si quelqu'un m'avait dit que je pouvais prendre 20 points d'ici, j'aurais signé pour moins que cela. J'aurais pris 15 peut-être. Un point négatif, c’est que j’ouvrirai la route en Sardaigne. Aucun chauffeur ne veut faire ça, mais c'est comme ça.

En ce qui concerne les autres tactiques, il n’ya rien à dire, vous ne pouvez pas dire que vous ne pouvez pas le faire. Mes chances diminuaient encore, mais j’ai continué à pousser et à faire mon travail et j’ai fini sur le podium. Je n'ai aucun problème avec la tactique. Nous pouvons remercier beaucoup plus Dani Sordo cependant. Je veux dire, d'autres tactiques étaient censées se produire et il les a refusées. C'est un grand gentleman. Andrea Adamo lui a demandé de s'arrêter dans la scène et de s'enregistrer devant Meeke. Et il a refusé de le faire…

Q:
Avez-vous eu le sentiment que votre stratégie de pneu fonctionnait pour la Power Stage?

ALORS:
Onze secondes, ce n'est pas beaucoup. Ma stratégie était de ne pas abandonner tout de suite aujourd'hui. Nous avons mentionné deux voitures devant qui me suivaient depuis le début, ce qui en a fait un pas encore plus grand pour nous. Mes coéquipiers ont eu un accident et nous avons commencé dans une position encore plus éloignée des autres. Je ne voulais pas prendre plus de risques. Ensuite, j'ai décidé de faire pression sur Power Stage et c'était une excellente idée. Et puis j'ai reçu le cadeau d'être ici avec vous de Kris.

Q:
Avez-vous déjà envisagé de chronométrer en fin de journée cet après-midi pour modifier le résultat?

ALORS:
Pas pour une seconde. J'ai peut-être perdu un ou deux points mais on ne sait jamais. Nous ne voulons pas perdre de points. Ils sont difficiles à obtenir.

Q:
Julien, parle-nous du week-end.

Julien Ingrassia:
Je pense que Seb a fait un bon résumé. Les conditions étaient difficiles et nous ferons face à un autre défi majeur en Sardaigne. Nous allons avoir de bons combats, à condition que les combats se déroulent normalement et que tout le monde puisse en profiter – vous, nous et les spectateurs. La saison sera la même que l'année dernière. L’an dernier, nous nous sommes battus jusqu’à la dernière étape du dernier rallye. Voyons si cela continue ainsi. Les autres rallyes comme la Finlande et l'Allemagne sont très différents maintenant et ce sera très intéressant.

Q:
Kaj, pouvez-vous s'il vous plaît parler de la performance d'Ott et Martin ce week-end?

Kaj Lindström:
Je leur ai dit à la fin du premier jour à quel point leur conduite était impressionnante. Voir les temps d’Otta depuis cette position sur la route par rapport aux hommes de devant était remarquable. J'ai vu les scissions de Ott et ma première réaction a été que la route est en train de nettoyer. J'ai été surpris et après vendredi, il était lui-même à son rythme.

Q:
Ce fut un rassemblement dramatique. Toyota était 1-2-3 à la fin du vendredi puis 1-2 au début de la journée. Avez-vous été choqué par les événements qui se sont déroulés?

KL:
Trop de choses se sont passées. Pour le week-end, je suis déçu pour Jari-Matti (Latvala), il se débrouillait très bien. Ott essayait de me donner une crise cardiaque quand nous avons vu que son traqueur avait viré au jaune lors de l'ES13 et que Kris avait ses problèmes aujourd'hui, qui sont très malheureux. Je suis content de la victoire, bien sûr. Ott et Martin ont fait du bon travail, mais ils sont également décevants de l’autre côté.

QUESTIONS DU SOL

Antonio José Rodrigues, Agence LUSA (PRT)
Q:
Ott, que ressentirez-vous si vous perdez le championnat d'un point lors de la dernière course de l'année?

OT:
Si je perds d'un point, cela voudra dire que je n'ai pas fait une bonne saison, que je suis encore lent.

Reiner Kuhn, Motorsport Aktuell (DEU)
Q:
Quelle est l’opinion des pilotes sur les écarts laissés par les officiels du rallye pour la poussière?

ALORS:
Je pense que nous devrions être écoutés. Il est clair qu'il y avait beaucoup de poussière. C'était la bonne décision de faire des pauses de quatre minutes. Évidemment, il aurait été préférable pour moi d'avoir deux minutes, j'aurais gagné le rallye. Conduire dans la poussière n'est pas sécuritaire. Nous, les conducteurs, devrions avoir plus de pouvoir pour estimer quand cela est nécessaire.

OT:
Pourquoi mettre la poussière comme risque si toutes les équipes sont d’accord? Pourquoi voudriez-vous conduire une étape dans la poussière avant d’augmenter les écarts?

TN:
Je suis d'accord avec les deux, c'est très clair.

CHAMPIONNAT PRO FIA WRC 2

Présent:
Kalle Rovanperä (FIN), Škoda Motorsport
Jonne Halttunen (FIN), Škoda Motorsport

Q:
Kalle, une belle victoire de FIA ​​WRC 2 Pro. A quel point était-ce difficile?

Kalle Rovanperä:
C'était un événement assez difficile, je dois dire. Ça s'est vraiment bien passé. Nous n’avons eu qu’une crevaison et n’avons pas perdu trop de temps, je pense que nous avons eu une bonne conduite sans erreurs.

Q:
C'était les débuts de la Škoda Fabia R5 Evo. Comment évaluez-vous la nouvelle voiture?

KR:
La nouvelle voiture se sent vraiment bien. Nous avons beaucoup testé et je pense que nous avons fait de bonnes préparations et de bons tests. Nous avons également trouvé des améliorations, comme toujours. La voiture était parfaite ici. Pour moi, c'était assez facile à conduire, j'ai apprécié les spéciales et nous avions de bonnes notes.

Q:
Jonne, félicitations. C'était une brillante combinaison gagnante avec la nouvelle voiture?

Jonne Halttunen:
C'était un parcours assez propre et la vitesse était élevée. Il n'y avait pas d'erreur de conduite et la voiture était super. Ce n’était pas un rallye facile mais propre. La deuxième boucle pour les voitures WRC 2 était agitée. Nous devions prendre ça doucement.

CHAMPIONNAT FIA WRC 2

Présent:
Pierre-Louis Loubet (FRA)
Vincent Landais (FRA)

Q:
Pierre-Louis, félicitations pour la victoire de FIA ​​WRC 2. Mais l'avance a beaucoup changé pendant le week-end…

Pierre-Louis Loubet:
Je suis très heureux après ce qui s'est passé dans le rallye et avec la poussière. C'était vraiment bien d'être dans cette position. Le second passage était si difficile avec toutes les pierres et, pour finir dans une bonne position, il fallait être prudent et essayer de tout gérer. Nous allons maintenant en Sardaigne, en Finlande et en Allemagne, puis j'espère au Pays de Galles et en Espagne – je ne suis pas sûr pour le moment.

Q:
Vincent, était-ce un rallye difficile de votre part?

Vincent Landais:
C'était difficile. Nous devions trouver le bon rythme et être malin et rapide au bon moment. Nous savions quand être rapide et avions un rythme intelligent et les notes étaient correctes. Les étapes d’hier et d’aujourd’hui étaient connues d’avant. La poussière a rendu les choses un peu difficiles.

Q:
Il y avait de petites lacunes en fin de semaine mais vous aviez une bonne avance aujourd'hui?

VL:
Ce matin, c'était plus facile car nous avions un grand écart. Nous devions encore être concentrés. Lorsque vous commencez avec un grand écart, vous pouvez facilement faire une erreur.

Championnat du monde des rallyes

Rallye du PortugalSAISON 2019SportRallies1SportWorld Rally ChampionshipRalliesSEASON 2019Rally Portugal01Dimanche 2 juin 2019 – 20h51Dimanche 2 juin 2019 – 20h51

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*